Suivez nous

Société

Inde : des chefs religieux appellent les hindous à exterminer les musulmans

Publié

le

La Cour suprême indienne a adressé un avis à un État du nord de l’ Himalaya à la suite d’une requête visant à poursuivre plusieurs chefs religieux hindous pour avoir prétendument appelé à un « génocide » de musulmans lors d’une réunion à huis clos le mois dernier.

Trois juges de la Cour suprême ont déclaré mercredi qu’ils informaient ; le gouvernement de l’État d’ Uttarakhand qu’ils enquêteraient sur l’affaire la semaine prochaine.

Selon un rapport de police, des chefs religieux ont appelé les hindous à s’armer pour tuer des musulmans ; lors d’une réunion dans la ville de Haridwar, dans le nord de l’ Uttarakhand, en décembre.

La police a déclaré qu’elle interrogeait les suspects pour discours de haine, mais aucune arrestation n’a été effectuée.

Les vidéos de l’événement ont suscité l’indignation, suscitant des demandes d’action. Dans un clip devenu viral, un orateur lors de la réunion a déclaré à la foule que les gens ; ne devraient pas s’inquiéter d’aller en prison pour avoir tué des musulmans.

« Même si seulement cent d’entre nous deviennent soldats et en tuent deux millions, nous serons victorieux (…). Ce n’est que si vous maintenez cette attitude que vous pourrez protéger le ‘sanatana dharma’ ; [une forme absolue d’hindouisme] », a-t-on déclaré .

L’État d’Uttarakhand est gouverné par le parti nationaliste Bharatiya Janata (BJP) du Premier ministre Narendra Modi ; dont l’arrivée au pouvoir en 2014 a conduit à une augmentation des attaques contre les musulmans et d’autres minorités.

Une grave dérive

La requête déposée par la juge à la retraite Anjana Prakash affirme que les discours prononcés ; devant la congrégation de chefs religieux hindous « constituent une grave menace non seulement pour l’unité et l’intégrité de notre pays, mais mettent également en danger la vie de millions de citoyens musulmans », selon Bar. & Bench, un portail d’actualités juridiques indiennes en ligne.

Les musulmans en Inde ont été victimes de discrimination religieuse et de persécution sous le régime du BJP, qui, selon les critiques, vise à marginaliser les musulmans et à transformer l’Inde laïque et démocratique en une nation hindoue.

Le président de Jamiat Ulama-i-Hind, la plus grande organisation socio-religieuse musulmane en Inde ; a accusé le gouvernement de fermer les yeux sur les discours de haine contre la communauté musulmane.

Le mois dernier, la police indienne a arrêté un chef religieux hindou, Kalicharan Maharaj, pour avoir prétendument prononcé un discours désobligeant contre le leader indien de l’indépendance Mohandas Gandhi et fait l’éloge de son assassin.

Gandhi a été abattu par un extrémiste hindou lors d’une réunion de prière dans la capitale indienne en 1948 parce qu’il avait appelé à l’unité hindoue-musulmane lors de la partition du sous-continent indien par les dirigeants coloniaux britanniques en 1947 en Inde et au Pakistan.

Dans l’État du nord de l’ Haryana, également dirigé par le BJP, des miliciens hindous ont tenté le mois dernier d’empêcher les musulmans d’assister à la prière du vendredi en criant des slogans religieux et en huant les fidèles en présence d’une forte sécurité policière.

Par ailleurs, le mois de novembre, des hindous purs et durs ont incendié le domicile d’un ancien ministre musulman des Affaires étrangères, Salman Khurshid, qui avait comparé le type de nationalisme hindou qui a prospéré sous Modi à des « groupes extrémistes » comme l’ EIIL.

En outre, des lois anti-conversion ont été mises en œuvre dans les États de l’ Uttar Pradesh, de l Uttarakhand, du Karnataka et du Madhya Pradesh, tandis que d’autres États ont également annoncé leur intention d’introduire une législation similaire.

Source : La Verdad