Suivez nous

Théologie

Peuple de Saba : l’histoire selon le coran

Publié

le

L’une de ces histoires qu’Allah nous a racontées est l’histoire de Saba. Cette histoire est en effet, si profonde qu’un chapitre entier du Coran lui a été consacré ; Chapitre 34, Sourate Saba.

En effet, le Coran, par rapport aux autres livres sacrés, est très concis. Gardant à l’esprit les milliers d’années d’expérience humaine, un livre de 114 chapitres est vraiment un résumé du meilleur de ce que nous devons savoir, et donc quand Allah documente une histoire dans le Coran, réalisez qu’elle a été divinement sélectionné parmi les nombreux événements de l’histoire. 

Allah dit :

لَقَدْ كَانَ لِسَبَإٍ فِي مَسْكَنِهِمْ آيَةٌ

« Il y avait assurément, pour la tribu de Saba un Signe dans leurs habitats… »

Sourat Saba, verset 15

Quelle est leur histoire et quelle est la nature de ce « signe » sur lequel Allah attire notre attention ?

L’histoire de Sabaa

Saba est le nom de l’un des royaumes du Yémen, et Balqīs – la reine qui existait à l’époque de Sulaymān dont l’histoire a été mentionnée dans le Coran – était parmi eux. Allah avait béni cette civilisation des manières les plus incroyables la nourriture était abondante, la sécurité était à son meilleur et l’environnement était aussi pur que possible.

Des messagers leur ont été envoyés par Allah leur rappelant de Le remercier alors qu’ils jouissaient de ces bénédictions, ce qu’ils ont fait pendant un certain temps. Au fil du temps, ils ont changé et les bénédictions auxquelles ils avaient accès ont également changé.

Un homme a demandé au Prophète (sall Allahu ʿalayhi wa sallam) à propos de Saba :

« Qu’est-il ? Est-il un homme, une femme ou une terre ? Il a répondu : « C’est le nom d’un homme qui a eu dix enfants, dont six vivaient au Yémen et quatre vivaient à al-Sham. Quant aux six au Yémen, ce sont : Madh-hij, Kinda, al-Azd, al-Ash’arīyūn, Anmār et Himyar. Ce sont tous des Arabes. Quant aux quatre dans al-Shām, ce sont : Lakhm, Judhām, ‘Āmila et Ghassān.« 

Aḥmad, sous l’autorité d’Ibn ʿAbbās

Toutefois, les dix n’étaient pas nécessairement ses enfants directs mais les noms de ceux de sa descendance. En effet, après l’inondation du barrage de sabaa, six des descendants de Saba sont restés au Yémen et quatre d’entre eux ont migré vers al-Shām. Ainsi, les Arabes qui se sont installés plus tard à al-Sham sont originaires du Yémen et la date de leur migration était postérieure au déluge de Saba.

Les bénédictions de Dieu au peuple de Saba

Allah dit :

لَقَدْ كَانَ لِسَبَإٍ فِي مَسْكَنِهِمْ آيَةٌ ۖ جَنَّتَانِ عَنْ يَمِينٍ وَشِمَالٍ

« Il y avait assurément, pour la tribu de Saba un Signe dans leurs habitats; deux jardin, l´un à droit et l´autre à gauche. »

Sourat Saba, verset 15

Pour eux, c’étaient d’énormes champs d’arbres denses ; variétés infinies de fruits mûrs; des rivières d’eau pure jaillissant de leurs prairies ; vents doux; ombre abondante et environnement exempt de maladies.

Al-Sudi et Muqātil ont déclaré :

« Une femme portait un panier sur sa tête et se promenait dans les deux jardins. Au moment où elle part, le panier se serait rempli de différents fruits sans qu’elle ait besoin de toucher quoi que ce soit. 

Al Baghawi

Les fruits étaient si nombreux et mûrs qu’ils avaient hâte d’être cueillis. Tout ce qui était exigé du peuple de Saba était de profiter de ces bénédictions tout en remerciant Allah, comme leurs messagers leur ont dit :

كُلُوا مِنْ رِزْقِ رَبِّكُمْ وَاشْكُرُوا لَهُ ۚ بَلْدَةٌ طَيِّبَةٌ وَرَبٌّ غَفُورٌ

« Mangez de ce que votre Seigneur vous a attribué, et soyez Lui reconnaissants : une bonne contrée et un Seigneur Pardonneur. »

Sourat Saba, verset 15

Quelqu’un pourrait-il souhaiter quelque chose de plus grand que cela ? Une terre prête à donner et un Seigneur prêt à pardonner ? Mais avec le temps, le culte d’Allah a été abandonné et remplacé par le culte du soleil. Leurs messagers les ont avertis mais ils ont refusé. Allah dit :

 فَأَعْرَضُوا فَأَرْسَلْنَا عَلَيْهِمْ سَيْلَ الْعَرِمِ

« Mais ils se détournèrent. Nous déchaînâmes contre eux l´inondation du Barrage, .… »

Sourat Saba, verset 16

Leurs jardins ont été inondés, leurs maisons ont été rasées, leurs arbres sont devenus rares et épineux et leurs fruits sucrés sont devenus amers.

وَبَدَّلْنَاهُمْ بِجَنَّتَيْهِمْ جَنَّتَيْنِ ذَوَاتَيْ أُكُلٍ خَمْطٍ وَأَثْلٍ وَشَيْءٍ مِنْ سِدْرٍ قَلِيلٍ

« … et leur changeâmes leurs deux jardins en deux jardins aux fruits amers, tamaris et quelques jujubiers. »

Sourat Saba, verset 16

 ذَٰلِكَ جَزَيْنَاهُمْ بِمَا كَفَرُوا ۖ وَهَلْ نُجَازِي إِلَّا الْكَفُورَ

 » Ainsi les rétribuâmes Nous pour leur mécréance. Saurions-Nous sanctionner un autre que le mécréant ? « 

Sourat Saba, verset 17

Des voyages en toute quiétude

وَجَعَلْنَا بَيْنَهُمْ وَبَيْنَ الْقُرَى الَّتِي بَارَكْنَا فِيهَا قُرًى ظَاهِرَةً وَقَدَّرْنَا فِيهَا السَّيْرَ ۖ سِيرُوا فِيهَا لَيَالِيَ وَأَيَّامًا آمِنِينَ

« Et Nous avions placé entre eux et les cités que Nous avions bénies, d´autres cités proéminentes, et Nous avions évalué les étapes de voyage entre elles. « Voyagez entre elles pendant des nuits et des jours, en sécurité » »

Sourat Saba, verset 18

Comme tout le monde, ils voyageaient aussi pour affaires, mais leur voyage était tout à fait différent. Leurs routes commerciales du Yémen à al-Sham étaient marquées par de nombreuses villes le long du chemin. Ils se retrouveraient ainsi au cours de leur voyage à quitter une ville, s’y reposer, puis à entrer dans une autre encore et encore jusqu’à ce qu’ils arrivent enfin à destination. 

Cela signifiait qu’ils n’avaient même pas besoin d’emporter des bagages avec eux en raison du grand nombre de « villes facilement visibles ».

Le voyage n’était pas non plus un problème, car Allah a dit « Nous avons déterminé entre eux les distances de voyage », ainsi ils ne se perdraient jamais car ces villes le long du chemin étaient à des distances connues les unes des autres. Leurs routes commerciales n’étaient pas solitaires et ils n’avaient pas à traverser des étendues de terres vides, mais leurs routes étaient plutôt peuplées de personnes et très bien desservies.

En ce qui concerne la sécurité de ces routes commerciales, Allah a dit : « Voyez entre elles de nuit ou de jour en toute sécurité. » Il n’y avait aucune peur sur eux pendant les heures du jour et de la nuit. Ils ne voyaient que des paysages verts, des aliments mûrs, des boissons fraîches, de l’air pur et des routes parfaitement sûres.

L’ingratitude du peuple de Saba

Cependant, ils se sont lassés des faveurs d’Allah, ont rencontré les bénédictions avec la désobéissance et ont fait l’une des Duʿā’ les plus étranges qu’un peuple puisse faire contre lui-même, en disant :

 فَقَالُوا رَبَّنَا بَاعِدْ بَيْنَ أَسْفَارِنَا وَظَلَمُوا أَنْفُسَهُمْ

« Puis ils dirent : « Seigneur, allonge les distances entre nos étapes », et ils se firent du tort à eux mêmes….. »

Sourat Saba, verset 19

Ils voulaient lutter comme tout le monde. Ils voulaient préparer les bagages et éprouver la fatigue de la vie. Les choses étaient tout simplement trop confortables.

Trouvez-vous cette demande étrange ? C’est certainement le cas, mais ce n’est pas rare. Si vous regardez autour de vous, vous vous rendrez compte que certains font exactement la même chose. 

Allah bénit une personne avec un conjoint magnifique et craignant Dieu, mais ils poursuivent des relations en dehors du mariage. Telle est une personne qui s’est fatiguée de la faveur d’Allah. Ou un autre qu’Allah a béni avec un revenu régulier Halal, mais plus tard, cette personne choisit de créer une entreprise d’un revenu Harām. Cette personne aussi est une personne qui s’ennuie de la faveur d’Allah. De telles personnes attendent exactement le même sort pour le peuple et les habitants de Saba. Quel était leur sort ? Allah a dit :

Le Châtiment divin

فَجَعَلْنَاهُمْ أَحَادِيثَ

« … Nous fîmes d´eux, donc, des sujets de légendes.. »

Sourat Saba, verset 19

La colère d’Allah s’est présentée à eux et ainsi Saba – ce royaume des cieux – a été transformé en un simple récit du passé que les gens se racontent.

وَمَزَّقْنَاهُمْ كُلَّ مُمَزَّقٍ

« … et nous les avons dispersés en totale dispersion ! ..»

Sourat Saba, verset 19

Ce qui était autrefois une civilisation rassemblée et unie a été brisée en une communauté de personnes fragmentée et dispersée.

Dans la conclusion de cette histoire, Allah nous rappelle :

 إِنَّ فِي ذَٰلِكَ لَآيَاتٍ لِكُلِّ صَبَّارٍ شَكُورٍ

«  Il y a en cela des avertissements pour tous grand endurant et grand reconnaissant. »

Sourat Saba, verset 19

Enseignements de sourate Saba

C’est la conclusion de toute l’histoire. Ceux qui sont patients dans leur adoration d’Allah, ainsi que ceux qui montrent continuellement une vraie gratitude à Allah pour ce qu’Il leur a donné, sont ceux dont le cœur tremblera après avoir entendu une telle histoire.

En effet, l’histoire de Saba est un modèle pratique et réel de ce qui arrive aux pays, aux communautés ou aux individus qui abusent des bénédictions d’Allah et ne répondent pas aux conseils. 

Ce n’est pas le seul modèle que le Coran présente, car Allah nous a informés d’histoires similaires de gens qui possédaient de nombreux jardins, qui ont par la suite péris pour exactement la même raison.

Ces histoires visent à élucider deux messages cruciaux :

Le premier : 

Allah puni en supprimant les bénédictions.

L’imām Ibn Taymiya a dit: « Le Coran indique clairement dans plusieurs de ses passages qu’Allah ne détruit pas une personne et ne la fait pas souffrir sans péchés. »

La seconde : 

Les seuls qui bénéficieront de telles bénédictions sont « les patients et les reconnaissants ».

Allah a rendu certaines choses Halal. Ceux-ci exigent de la gratitude. Il a également fait de certaines choses Harām. Celles-ci nécessitent de la patience.

La patience est de trois niveaux :

  • patience dans l’accomplissement des obligations de l’Islam ;
  • Faire preuve de patience en restant à l’écart des interdictions de l’Islam ;
  • Faire preuve de patience envers le Qadar (destin) d’Allah qui peut vous causer de la douleur.

La gratitude est également de trois niveaux :

  • du cœur, où l’on croit vraiment que ce qu’on a vient d’Allah ;
  • de la langue, où l’on parle toujours en remerciement d’Allah ;
  • des membres, où l’on n’est jamais vu utiliser ses membres, son temps, son argent ou ses biens en désobéissance à Allah.

Si vous cochez ces trois cases de gratitude, alors félicitations, vous vous êtes qualifié pour une augmentation de toutes ces bonnes choses qui vous sont chères, comme Allah l’a promis :

وَإِذْ تَأَذَّنَ رَبُّكُمْ لَئِنْ شَكَرْتُمْ لَأَزِيدَنَّكُمْ

« Et lorsque votre Seigneur proclama : « Si vous êtes reconnaissants, très certainement J’augmenterai [Mes bienfaits] pour vous…. « 

Sourate Ibrahim verset 7

Ne pas le faire vous qualifie cependant pour la deuxième partie du verset,

وَلَئِنْ كَفَرْتُمْ إِنَّ عَذَابِي لَشَدِيدٌ

« ..Mais si vous êtes ingrats , Mon châtiment sera terrible ». » 

Sourate Ibrahim verset 7

Enfin, la sourate Saba parle de deux communautés toutes deux dotées d’une bonté abondante. L’un était la famille de Dāwūd et Sulaymān. La façon dont ils ont rencontré les bénédictions avec gratitude et patience est soulignée. Immédiatement après leur histoire, les habitants de Saba sont au centre de l’attention ; une communauté à qui on a aussi beaucoup donné mais qui n’a fait preuve ni de gratitude ni de patience.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *