Suivez nous

Politique

Le président syrien supprime le poste de grand mufti

Publié

le

Le président syrien Bachar al-Assad a publié un décret qui a aboli le poste de grand mufti de la république, sans donner les raisons de sa décision.

Le décret publié lundi dernier a délégué au Conseil des spécialistes de la jurisprudence ; des tâches qui étaient auparavant confiées au grand mufti de Syrie, notamment la fixation des dates de début et de fin du mois sacré du Ramadan et la proclamation de fatwa.

Le décret a également aboli l’article 35 d’une loi réglementant le pouvoir du conseil jurisprudentiel et le travail du ministère des Wakfs et des Affaires religieuses sous le grand mufti, et a renforcé le pouvoir du conseil, dirigé par le ministre des Wakfs.

Cette décision, pousse ainsi le grand mufti de Syrie Ahmad Badr al-Din Hassoun, la plus haute autorité islamique en Syrie ; vers la porte de retraite.

Il y a eu une large spéculation parmi le public sur les raisons de la décision d’Al-Assad. Cela s’est produit quelques jours après que le Conseil de jurisprudence syrien a émis des critiques sévères ; contre l’interprétation par Hassoun d’un ensemble de versets coraniques ; lors des funérailles du célèbre chanteur syrien Sabah Fakhri, décédé plus tôt ce mois-ci.

Le poste de grand mufti

En effet, le grand mufti est considéré comme le plus haut représentant des musulmans sunnites ; en Syrie et publie des édits religieux au nom du gouvernement syrien.

Ahmad Badr al-Din Hassoun occupe ainsi le poste de grand mufti depuis 2005 ; après la mort de son prédécesseur Ahmed Kuftaro en 2004. Il était connu pour être un fervent partisan du gouvernement.

Il est également à rappeler, qu’au plus fort des manifestations en 2011, le fils de Hassoun ; Saria, âgé de 22 ans, a été tué par balle à Alep lors d’un incident imputé à des terroristes par le gouvernement syrien.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *