Suivez nous

Politique

L’autorité islamique d’Indonésie déclare la crypto-monnaie Haram

Publié

le

Le principal organisme islamique d’Indonésie, l’autorité du pays en matière de conformité à la charia, déclare haram la crypto-monnaie. Le Conseil indonésien des oulémas a expliqué que la crypto comporte des éléments d’incertitude, de paris et de préjudice.

La crypto-monnaie est illicite selon le Conseil indonésien des oulémas (Majelis Ulama Indonesia ), l’utilisation de la crypto comme monnaie ; est interdite par la loi islamique ; selon la même source .

Ijtima Ulama (réunion des savants) a réuni 700 participants. Les participants sont des éléments du Conseil de direction du Conseil central des oulémas indonésiens, des membres de la Commission centrale de fatwa du MUI, des dirigeants de commissions/agences/institutions du Centre MUI.

Asrorun Niam Sholeh, responsable des décrets religieux, a expliqué jeudi après que le conseil a tenu une audition d’experts que la crypto-monnaie comporte des éléments « d’incertitude, de paris et de préjudice ».

Il ajoute « L’utilisation de la crypto-monnaie comme monnaie légale est haram. Elle contiendrait du gharar, du dharar. Elle est aussi contraire à la loi numéro 7 de 2011 et au règlement de la Banque d’Indonésie numéro 17 de 2015. »

Crypto-monnaie : une fatwa inédite

Il précise que « La crypto-monnaie en tant que marchandise/actif numérique n’est pas ; commercialisée légalement ; car elle contient du gharar, du dharar, du qimar et ne répond pas aux exigences de syar’i sil’ah.

La crypto-monnaie en tant que marchandise/actif qui se qualifie comme sil’ah ; (marchandise) et a des avantages clairs qu’il est légal de commercer.

Cependant, il faut noter que si la cryptographie peut respecter les principes de la charia et peut montrer un avantage clair, elle peut alors ; être échangée ; en tant qu’actif numérique ou produit de base.

L’Indonésie, le pays avec la plus grande population musulmane, compte environ ; 231 millions de musulmans soit 86,7% de la population du pays.

Le Conseil des oulémas conseille le ministère des Finances et la banque centrale sur les questions de finance islamique. Il comprend de nombreux groupes musulmans indonésiens, dont Nahdlatul Ulama (NU) ; Muhammadiyah, et des groupes plus petits tels que Syarikat Islam, Perti, Al Washliyah ; Mathla’ul Anwar, GUPPI, PTDI, DMI et Al Ittihadiyyah.

Le décret MUI n’est pas juridiquement contraignant et ne signifie pas que la crypto-monnaie soit ; interdite en Indonésie. Cependant, cela pourrait dissuader les musulmans d’investir et les institutions locales d’émettre ou fournir des services dans des actifs cryptographiques.

En octobre, une branche provinciale de l’une des plus grandes organisations islamiques ; d’Indonésie Nahdlatul Ulama, a également déclaré illicite la crypto-monnaie.

Cependant, le gouvernement indonésien a indiqué que le pays n’imposera pas d’interdiction pure et simple de la crypto-monnaie comme l’a fait la Chine. Les actifs cryptographiques sont autorisés à négocier ; avec les contrats à terme sur matières premières en Indonésie; mais ne peuvent pas être utilisés comme monnaie.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *