Suivez nous

Société

La mosquée d’Athènes « un rêve devenu réalité »

Publié

le

Les 200 000 musulmans de Grèce ont enfin un lieu de culte, la mosquée d’Athènes. Située dans le quartier de Votanikos, non loin du centre-ville et à seulement quelques minutes à pied d’une station de métro, la mosquée est un rêve devenu réalité pour les musulmans qui vivent à Athènes. 

L’idée d’une mosquée à Athènes était sur la table depuis plus d’un siècle, mais ce n’est qu’il y a cinq ans que le projet a commencé à prendre corps. 

Athènes n’avait pas de mosquée officielle depuis le 19ème siècle, lorsque le pays était encore sous occupation ottomane, et jusqu’à récemment, c’était la seule capitale européenne sans mosquée. 

En 2016, le parlement grec a approuvé les plans de la mosquée. Quelques mois plus tard, la construction a commencé sur un terrain qui appartenait à la marine. L’entreprise de construction Intrakat Group a pris en charge le projet, pour un coût estimé à 887 000 € (1,08 million de dollars).

La mosquée a officiellement ouvert ses portes aux fidèles fin 2020. Bien qu’elle puisse accueillir 366 personnes, en raison du Covid-19, elle n’en a accueilli que 5 la première prière.

« Nous sommes fiers en tant que musulmans grecs qu’aujourd’hui Athènes soit la première capitale européenne à avoir construit une mosquée exclusivement avec des fonds publics », a déclaré Ashir Haider, membre du conseil d’administration de la mosquée d’Athènes

En 2019, Kostas Gavroglou, ministre de l’Éducation, de la Recherche et des Affaires religieuses, a déclaré : « Athènes a enfin un lieu de culte décent pour les musulmans qui sont ici, qu’ils soient citoyens du pays, immigrants ou visiteurs ».

La livraison de la mosquée a pris du retard, en partie à cause de la bureaucratie, mais aussi à cause de ses opposants, notamment des membres du parti d’extrême droite Aube dorée.

Des fidèles en prière dans la nouvelle mosquée d'Athènes (MEE –Demetrios / Ioannou)

la mosquée d’Athènes : un bonheur particulier

« Tout le monde dans la communauté musulmane d’Athènes est très satisfait et nous verrions cela ; si la pandémie n’était pas là », a déclaré Ashir Haider, membre du conseil d’administration de la mosquée. « Ce bonheur ne peut pas être décrit avec des mots. »

« Enfin, nous avons une mosquée où tous les musulmans peuvent aller prier », a déclaré l’mam de la mosquée.  « Je suis sûr que chaque musulman d’Athènes ressentira un bonheur et un soulagement particuliers qu’après toutes ces années, nous ne nous inquiéterons plus de la fermeture de la mosquée dans laquelle nous prions, car elle est financée par le gouvernement. »

Les prières se déroulent en arabe, la langue du Coran, mais la prédication est en grec et ; à des occasions exceptionnelles ; en anglais.

La mosquée est ouverte à tous les musulmans qui souhaitent prier, quelles que soient leur nationalité et leur madhabe.

« Notre imam est sunnite, et nous avons des adhérents d’autres madahib de l’islam au sein du conseil d’administration, et toutes ces personnes prient ensemble dans la même mosquée, sans discrimination « , a souligné Haider.

Le tapis au sol vient d’Iran, tandis que le mihrab en bois, qui fait face à la ville sainte de La Mecque ; a été réalisé par un artisan égyptien qui vit en Grèce. Bien qu’il n’y ait pas encore de minaret sur le bâtiment, il y a des discussions pour en ajouter un.

Être musulman à Athènes

Les Grecs sont largement connus pour leur hospitalité, leur générosité et leur convivialité. Pourtant, certains Grecs se méfient encore des musulmans. Selon une étude réalisée par le Pew research center ; environ la moitié de la population grecque est préoccupée par la sécurité en raison de la crise des réfugiés.

« Nous ne sommes pas des terroristes. Nous aimons la paix. L’islam n’est pas ce que certains pourraient croire », indique Ibrahim, un jeune du Bangladesh ; qui essaie de se rendre à la mosquée près de chez lui à Ampelokipoi presque tous les jours.

Sayd, un ouvrier du bâtiment égyptien, a dépensé plus de 20 000 euros de son propre argent fin 2009 ; pour louer et restaurer un sous-sol et le transformer en une magnifique mosquée dans le quartier d’Agios Nikolaos.

Cependant, le directeur de l’immeuble à l’époque n’était pas enthousiaste à l’idée. « Elle m’a causé beaucoup de problèmes. Elle appelait la police presque tous les jours pour leur dire que je voulais démolir le bâtiment. Mais quand les policiers sont arrivés, ils ont pu voir que j’essayais seulement ; de restaurer l’endroit et de faire quelque chose de beau pour tout le monde. 

Les événements ont pris une tournure positive lorsqu’un nouveau directeur a pris la relève. 

« Nous n’avons plus de problèmes et le quartier nous a acceptés. Après tout, nous sommes tous des êtres humains et nous voulons juste suivre notre foi comme tout le monde », conclut-il.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *