Suivez nous

Théologie

L’imam Abou Hanifa [biographie]

Publié

le

Al-Numan bin Thabit, communément appelé Abu Hanifah ou Abou Hanifa, est considéré comme le fondateur de l’une des quatre écoles ou rites de la connaissance juridique islamique (fiqh) au sein des facultés de droit sunnites. Il est également largement connu sous le nom d’Al-Imam Al-Aẓam (Le Grand Imam) et Siraj Al-Aimma (La Lampe des Imams).

1. Naissance et lignée d’Abou Hanifa

Selon la plupart des sources, Abu Ḥanifa Al-Numan bin Thabit bin Zuṭa bin Marzuban est né à Kufa, en Irak, en 80 de l’hégire (699). Son père était un Persan, à savoir Thabit Ibn Zauta Al-Farisi. Bien qu’il existe des preuves contradictoires quant à la lignée de la famille de l’Imam, il est certain qu’il n’était pas arabe, mais l’un des marchands persans bien connus.

Lorsque l’Imam est né, le régime du gouvernement islamique était entre les mains d’Abdul Malik bin Marwan (5ème roi Omeyyade). Selon certaines sources, il a obtenu le titre « Abu Hanifa » parce qu’il était quelqu’un qui adorait avec diligence Allah et remplissait sérieusement ses obligations religieuses car les mots « Hanif » en arabe signifient « enclin » à la vraie religion.

2. Les premières années de vie d’Abou Hanifa

Les sources ne mentionnent pas la vie de son père, mais il devait être un homme riche, un commerçant et un bon musulman. Dans la plupart des livres, il est dit que son père a rencontré Ali Ibn Abi Talib (ra), lorsqu’il était enfant et que le grand-père de l’Imam a donné à Ali (ra) du faludhaj (une confiserie sucrée d’origine persane) le jour de Nawruz (nouvel an persan ). Cela indique que la famille de l’Imam était riche car elle pouvait donner à Ali (ra) des bonbons que seuls les riches mangeaient.

Abu Hanifa a grandi dans sa ville natale de Kufa, où il a étudié et vécu la plupart de ses premières années à l’exception des pèlerinages périodiques (Hajj) et des visites académiques à La Mecque, Médine et autres centres d’apprentissage. Sous la direction paternelle de son père, Abu Hanifa a mémorisé le Coran. Il a grandi à Kufa, d’abord en tant qu’étudiant, puis en tant que commerçant, puis en tant qu’étudiant, enfin enseignant et expert en droit islamique (fiqh).

L’imam a pratiqué le commerce familial (marchand de tissus de soie) et a rapidement acquis une réputation d’honnêteté et d’équité. 

3. Sa conversion à l’étude de la loi islamique (Fiqh)

C’est un excellent exemple de la façon dont fonctionne la volonté d’Allah. Un jour, Abu Hanifa rentrait chez lui après son travail. L’imam al-Shabi rentrait également chez lui. Ils se sont croisés et cette rencontre a changé la vie d’Abu Hanifa. Imam Shabi a demandé, « Que fais tu de ton temps libre? » Abou Hanifa a répondu, « Je vais au marché, puis dans mes boutiques ».

Alors l’Imam al-Shabi a demandé, « Il y a beaucoup de savants, avez-vous des enseignants de deen (dévotion religieuse) ? » Il a ensuite dit à Abu Hanifa, « Vous êtes trop talentueux, vous devez utiliser votre temps étudier la religion ».

Donc Abu Hanifa a accepté de se spécialiser dans une chose et a fait des recherches sur différentes branches de l’Islam comme le Coran, le Hadih, la Langue, la Poésie, etc. Il a également exploré l’idée d’être juge pour aider les gens à savoir ce qui est halal et ce qui est haram. Car cela profiterait aux gens. Il est donc allé voir l’imam al-Shabi pour lui faire part de sa décision, et l’imam al-Shaabi a dit ; « Je voulais que tu le sois mais je ne t’y ai pas forcé.

4. A la recherche de la connaissance

Abu Hanifa s’est d’abord consacré à l’étude de la théologie (kalam). Après avoir appris la théologie, Abu Hanifa a poursuivi l’étude de la connaissance juridique islamique (fiqh) à Kufa, qui était considérée comme le centre des célèbres érudits du fiqh. Abu Hanifa a étudié le fiqh de Hammad Ibn Sulaiman, qui était à l’époque un enseignant très expérimenté.

Par ailleurs, Abu Hanifa lisait tous les jours Hammad Ibn Sulaiman entre Maghrib et Isha et chaque fois qu’il avait du temps libre, il se rendait chez Hammad. Hammad est resté le professeur d’Abu Hanifa pendant 18 ans. Après la mort de Hammad Ibn Sulaiman, les savants de Kufa ont accepté de nommer Abu Hanifa à la tête de la Madrasa.

L’imam Abu Hanifa ne s’est pas éloigné des autres camps. Il a appris les autres domaines des études islamiques. Après avoir terminé ses études à Kufa et à Bassora, Abu Hanifa est allé à La Mecque et à Médine ; comme centre des enseignements religieux de l’Islam. À La Mecque, il a appris les hadiths d’Ata Ibn Rabah, un élève d’Abdullah ibn Abbas (ra). Il instruisit Abu Hanifa avec beaucoup de soin et d’attention.

L’imam Abu Hanifa a été enseigné par près de 4000 enseignants. Parmi eux, selon diverses sources, sept étaient des Sahaba [compagnons du Prophète (saw)], quatre-vingt-treize des Tabieen (Compagnons de Sahaba) et le reste des Tabi Tabieen (compagnons de Tabieen). Le nombre exact d’enseignants d’Abu Hanifah est inconnu car il a beaucoup voyagé dans différentes villes pour acquérir des connaissances religieuses. Il a effectué le Hajj 55 fois.

5. Enseignants de l’imam Abou Hanifa

Selon la plupart de ses professeurs à l’époque, les savants Tabieen et Tabi Tabieen comprennent :

  • Abdallah ben Massoud (Koufa)
  • Ibrahim Al-Nakhai
  • Amir ben al-Chabi
  • Imam Hammad ibn Sulaiman
  • Imam Ata Ibn Rabah
  • Qatada Ibn Al-Nouman
  • Rabiah bin Abu Abdurrahman et de nombreux autres savants.

6. Élèves de l’imam Abou Hanifa

L’imam Abou Hanifa avait également des milliers d’étudiants. Vingt-huit étudiants de l’imam Abu Hanifa sont ainsi devenus juges dans différentes villes, villages et provinces et huit sont devenus imams.

Voici quelques-uns des étudiants de l’Imam Abu Hanifa :

  • Imam Abou Yusuf
  • Muhammad bin Hasan comme Shaybani
  • Imam Zufar
  • Malik ben Mighwal
  • Dawood Taaee
  • Mandil ben Ali
  • Nadhar bin Abdul Kareem
  • Imam Amr ben Maymoon
  • Hiban ben Ali
  • Abou Ismah
  • Zuhayr bin Muaawiyah.
  • Hasan bin Ziyaad et de nombreux autres savants

7. Les œuvres de l’imam Abou Hanifa

Certains des livres écrits directement par l’imam Abu Hanifa sont :

  • Al-Fiqh al-Akbar
  • Kitab al-Raddala al-Qadariyyah
  • Al-Aalim wa al-Mutaallim
  • Al-Fiqh al-Absat
  • Kitab Ikhtilaf al Sahaba
  • Kitab al-Jami
  • Al-Kitab al-Awsat
  • Kitab al-Sayr
  • Risalah Abu Hanifa ila Uthman al-Bayti
  • Wasiyyah al-Imam Abu Hanifa fi al-Tawhid.

8. Les rencontres d’Abou Hanifa avec Sahabas

Il a été unanimement convenu que l’Imam Abou Hanifa faisait partie des Tabieen. Il existe plusieurs citations différentes concernant le nombre de Compagnons du Prophète Mohammad (saw) ; vus par l’Imam Abu Hanifa. Cependant, il est confirmé que l’Imam Abu Hanifa avait rencontré certains des compagnons du Prophète (paix sur lui) qui vivaient encore à cette époque. Certains des Sahaba qu’il avait rencontrés comprennent

  • Anas bin Malik (RA) à Bassorah
  • Abu Tufail ibn Waasila (RA) à La Mecque
  • Abdullah Ibn Abu Awfa (RA) à Koufa
  • Suhayl ibn Saad Saidi (RA) à Médine.
  • Abu Hanifa et les califes / Khalifas :

Alors qu’Abu Hanifa grandissait dans ses connaissances, formait un public parmi les masses et développait une réputation d’érudition et d’équité, il attira l’attention des Khalifas ou califes (le principal dirigeant civil et religieux musulman). Malheureusement, la relation d’Abu Hanifa avec les Khalifas qui dirigeaient l’État islamique en pleine croissance était au mieux ambivalente, et au pire adversaire alors que la vie du Khalifa devenait plus somptueuse, s’installait dans des manoirs luxueux et s’éloignait naturellement des gens ordinaires.

Postes occupés

L’imam Abu Hanifa s’est vu offrir divers postes, notamment celui de trésorier en chef et juge en chef (Qadhi) par Khalifa Marwan bin Muhammad et le gouverneur de la province irakienne Umar ibn Hubayra al-Fazar, mais Abu Hanifa a refusé toutes ces offres. 

En 763, Abu Jafar Abdullah ibn Mohammad Al-Mansur, le souverain / Khalifa à l’époque, a offert à l’imam Abu Hanifa le poste de Qadi (juge en chef de l’État), mais l’imam a refusé l’offre parce qu’Abu Hanifa savait que s’il devait devenir juge, il ne serait jamais capable de rendre des jugements justes parce que le Khalifa le pousserait à rendre des jugements selon son désir.

Dans sa lettre de refus à Mohammad Al-Mansur, Abu Ḥanifa a déclaré qu’il n’était pas éligible pour le poste. Al-Mansur, qui avait ses propres idées et raisons pour offrir le poste, a perdu son sang-froid et a accusé Abu Ḥanifa de mentir.

L’imam Abou Hanifa a dit : « Si je mens, ma déclaration est doublement correcte. Comment pouvez-vous nommer un menteur au poste le plus élevé de juge en chef de l’État (Qadhi) ? « 

9. Son emprisonnement et sa mort

La réponse d’Abu Hanifa ne correspondait pas bien à Mohammad Al-Mansur et donc quelque part autour de 146 AH (768 avant JC), Abu Hanifa a été puni d’emprisonnement et de flagellation. On dit aussi que l’Imam était sorti tous les jours et recevait dix coups de fouet jusqu’à ce qu’il en reçoive 110. Il mourut à l’âge de 70 ans, des suites de mauvais traitements en prison ou peut-être de poison, à Bagdad quelque part vers 150 AH (767 av. JC). L’imam Abu Hanifa serait mort dans l’état de prosternation (Sajda) – Subhanallah.

À sa mort, il a laissé des instructions de ne pas être enterré dans une terre que le souverain avait détournée.

Lorsque Khalifa Al-Mansur a entendu cela, il a dit : « Qui me sauvera d’Abu Hanifa, à la fois quand il était vivant et maintenant quand il est mort ?.  » Il était rempli ; de chagrin et de regret et en a fait deux pour Abu Hanifa et a observé ; que même avec son dernier souffle, Abu Hanifa lui a rappelé ses mauvaises actions.

10. Sa prière funéraire et son lieu de sépulture

abu hanifa mausolée

L‘imam Abou Hanifa mourut à Bagdad et y fut enterré. La nouvelle de sa mort s’est rapidement répandue à Bagdad. Toute la ville est sortie pour rendre le dernier hommage au plus grand imam de la loi islamique. On a dit que tant de personnes assistaient à sa prière funéraire que le service funèbre a été répété ; six fois pour plus de 50 000 personnes qui s’étaient massées avant qu’il ne soit réellement enterré. Il a également été dit que les gens ont continué à se réunir tous les jours pendant environ une semaine pour offrir des prières funéraires. Son fils, Hammad, a dirigé le dernier Janazah Salah.

Par ailleurs, la dépouille de l’imam Abou Hanifa a été enterré dans le cimetière Al-Khayzaran de Bagdad.  Aujourd’hui, son lieu de sépulture s’appelle le district « Al-Adamiyah » dans le nord de Bagdad, en Irak. La mosquée Abu Hanifa, également connue sous le nom de Jamaa Imam Al-Azam, est l’une des mosquées sunnites les plus importantes de Bagdad, en Irak. Il est construit autour du lieu de sépulture (tombeau) de l’imam Abu Hanifa.

11. Ses enfants

Les détails des enfants de l’imam Abu Hanifa ne sont pas connus, mais ce qui est certain, c’est qu’il a un fils nommé Hammad, qui était honnête et était un digne fils de son père. Hammad est mort en 176 av. Il a eu quatre enfants, Omar, Ismail, Abu Hayyan et Uthama. Ismail, petit-fils de l’imam Abu Hanifa, a acquis une grande renommée lorsqu’il a été nommé ; Qadhi (juge) de Bassora par Khalifa Haroon al-Rasheed.

12. Ses paroles

Voici donc, quelques sages dits par l’imam Abu Hanifa :

« La connaissance ne s’enfonce jamais dans l’esprit d’une personne qui l’acquiert à des fins mondaines. »

« La connaissance sans action est comme un corps sans âme. Tant que la connaissance n’embrassera pas l’existence de l’action, elle ne sera pas suffisante, ni agréable ni sincère ».

« Cette personne dont la connaissance ne l’empêche pas de commettre des péchés et des transgressions ; alors qui est cette personne qui a souffert ou a subi une perte plus grande que lui. »

« La foi est le culte le plus élevé et le manque de foi le plus grand péché. Quiconque adhère à la plus haute adoration et évite le péché le plus grave peut espérer le salut ».

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *