Suivez nous

Société

Nouvel an islamique : les musulmans du Nigeria demandent un jour férié

Publié

le

Les musulmans de Kwara ont appelé le gouverneur AbdulRahman AbdulRasaq à déclarer le premier jour du nouveau calendrier islamique de cette année 1443, un jour férié sans travail.

Le président du Comité national de la Hijrah, chapitre de Kwara, le professeur Yusuf Lanre-Badmus, a lancé l’appel dimanche à Ilorin tout en s’adressant aux journalistes sur les préparatifs mis en place pour la célébration du nouvel an hégirien. Le premier Muhharam 1443 commencerait le lundi ou mardi 10 août.

Bedmus, qui est un responsable du Département d’études islamiques de l’Université d’Ilorin ; a exhorté le gouverneur à imiter ses homologues de certains États voisins ; qui avaient toujours déclaré un jour férié pour marquer l’événement. D’autant plus que plus de 50% de la population du pays est de confession musulmane.

Selon lui, la déclaration d’une journée sans travail permettrait aux fonctionnaires musulmans de participer à la célébration.

Nouvel an islamique : un jour férié

Représenté par le secrétaire du comité, Malam Imam Abubakar, il a déclaré que des dispositions ; avaient été prises pour commémorer le premier jour du calendrier islamique, non seulement ; à Ilorin mais au siège de toutes les 16 zones de gouvernement local de l’État.

Il a donc conseillé aux parents musulmans d’inculquer les enseignements moraux de l’Islam à leurs enfants dès leur plus jeune âge ainsi que l’utilisation du calendrier islamique.

« Le début du calendrier islamique est un jalon. Les musulmans doivent être au courant du calendrier islamique. Ils devraient également permettre aux enseignements de l’Islam de se refléter dans leur conduite », a déclaré Badmus.

Le représentant d’Ilorin, Alhaji Ibrahim Sulu-Gambari, lors de l’événement, le Makama d’Ilorin, Alhaji Ibrahim Oniye, a exhorté également les musulmans de l’État à continuer de vivre en paix avec leurs voisins.

Il a également appelé les Nigérians à embrasser la paix, affirmant que le développement ; ne peut être réalisé que dans une atmosphère pacifique. « Aucun développement significatif ne pourrait être atteint dans une atmosphère de rancœur et d’acrimonie ; le Nigeria doit rester une entité indivisible », a déclaré le chef traditionnel.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *