Suivez nous

Théologie

Non la femme n’hérite pas moins que l’homme dans l’islam [étude]

Publié

le

La critique des dispositions de l’héritage dans la loi islamique est due à des idées fausses sur les critères de différenciation dans l’héritage, qui n’est en fait pas régi par le critère de la masculinité et de la féminité.

Ce qui est mentionné dans le Coran au sujet des femmes héritant de la moitié d’un homme ; n’est pas une position générale pour les hommes et les femmes. C’est plus un cas spécifique.

En extrapolant les cas d’héritage des femmes musulmanes, les savants constatent qu’elles héritent d’au moins de la moitié de l’homme et dans la plupart des cas, l’héritage est supérieur ou égal.

Les cas de l’héritage de la femme dans l’islam sont classés comme suit:

Cas d’héritage des femmes en islam

  1. Il n’y a que quatre cas «04» dans lesquels une femme hérite de la moitié d’un homme.
  2. Il y a plus de trente «30» cas dans lesquels une femme hérite autant qu’un homme.
  3. Dans plus de «10» cas où la femme hérite plus que l’homme.
  4. Et il y a même des cas où une femme hérite et un homme n’hérite pas.

Avant de détailler ces cas, nous évoquons les critères sur lesquels se fonde la philosophie de l’héritage en Islam, qui n’a rien à voir avec le sexe (masculinité, féminité).

Les principes composant le droit successoral (héritage) en islam

  1. Le premier principe est le degré de parenté entre l’héritier et l’héritier.

Plus la relation est étroite, plus la part de l’héritage est grande, et plus la connexion est éloignée ; plus la part de l’héritage est moindre.

  1. Le deuxième critère est la localisation de la génération héritière à partir de la chronologie des générations.

Les générations qui reçoivent la vie et se préparent à supporter ses fardeaux ont généralement ; une part plus importante que la part des générations qui initient la vie, indépendamment de la masculinité et de la féminité des héritiers et héritiers ; de sorte que la fille hérite plus que la mère ; et les deux elles sont des femmes ; mais la fille hérite plus que le père, même si elle est un bébé et aussi la fille hérite plus que la mère. Le fils hérite plus que le père et les deux sont des hommes.

  1. Quant au troisième principe, c’est la charge financière que la loi islamique impose à l’héritier ; en la supportant et en l’exécutant envers autrui.

Le fardeau financier que la charia oblige l’héritier à supporter par rapport aux autres. Et c’est le critère qui se traduit par une disparité entre mâle et femelle ; ((Dieu vous commande à vos enfants pour le mâle comme la part des deux femelles)) Femmes ; 11, parce que l’héritier masculin ici – au cas où le degré de parenté et la génération est égale – est chargée de subvenir aux besoins d’une femme (épouse). Alors que la femme – l’héritier – son entretien est une obligation pour l’homme qui lui est associé ou qui lui sera associé .

Cas dans lesquels une femme hérite de la moitié de l’homme

1- La sœur en présence de son frère.

2- La mère en présence du père, et le fils ou la fille décédé n’a pas de mari ; de femme ou d’enfants.

3- La présence d’une sœur ou d’un père avec un frère ou un père.

4 La femme hérite de la moitié de ce que son mari hérite si l’un d’eux meurt.

Cas dans lesquels une femme hérite comme un homme

1- Dans le cas où il y a le frère et la sœur d’une mère dans l’héritage de leur frère ; s’il n’a pas d’origine masculine ou de descendant et d’héritier. Chacun d’eux a un sixième, parce que Dieu Tout-Puissant dit ; (et si un homme hérite d’une parenté ou d’une femme) c’est-à-dire qu’il n’a ni fils ni père) et il a un frère ou une sœur.

2- Si l’homme meurt et a plus de deux frères ou sœurs, ils prendront le tiers.

3- Entre le père et la mère dans leur héritage de leur fils s’il avait un fils ou deux filles.

4- Si une femme meurt et laisse derrière elle un mari et une demi-sœur, alors chacune d’elles aura la moitié

5- Si une femme meurt et laisse derrière elle un mari et une sœur pour un père, alors chacun d’eux aura la moitié

6- Si une femme meurt et laisse derrière elle un mari, une mère et une sœur ; alors le mari en a la moitié et la mère en a la moitié, et il ne reste rien pour la sœur (selon Ibn Abbas)

7

7- Si une femme meurt et laisse derrière elle un mari, une demi-sœur, une belle-sœur ; et une demi-sœur à mère: alors le mari en a la moitié et la sœur en a la moitié ; et il n’y a rien pour la sœur pour père et le frère pour père.

8- Si l’homme meurt et laisse deux filles, un père et une mère: le père est le sixième, la mère est la sixième et chaque fille en a un tiers .

9- Si un homme meurt et laisse derrière lui une femme, deux filles, un père et une mère: la femme a le tiers, le père un quart, la mère un quart, et chaque fille en a un tiers.

10- Si l’homme meurt et laisse une mère, une sœur et un grand-père, chacun d’eux en aura un tiers . Les femmes étaient égales aux hommes.

11- Si un homme meurt et laisse derrière lui (quarante mille euros) et un fils, sa fille et sa femme a une dot de retour (treize mille € ), alors vous constaterez que la part de la mère est égale à celle du fils. La répartition est la suivante:

La femme 13 000 + le reste (trois mille) = 16 000 € .

Fils: les deux tiers du reste, 16 000 (seize mille) €.

Fille: un tiers , et ce sera 8 000 (huit mille) €.

Cas dans lesquels une femme hérite plus qu’un homme :

1- Si l’homme décède et laisse une mère, deux filles et un frère, si le défunt laissait 24.000 euros, leurs parts seraient les suivantes:

Mère: 3000 € (un huitième)

Pour deux filles: 16000 € pour un 8000 € (deux tiers)

Frère: 5000 € (le reste). Ainsi, la fille aurait pris plus de 150% de l’héritage du frère

2- Si le père meurt et laisse derrière lui une fille, une mère et un père, et laisse 24 000 € .

Une fille reçoit la moitié, soit 12 000 € .

La mère prend un sixième 4000 € .

Le grand père prend un sixième de la présomption et le reste 4000€ + 4000 € . Ainsi, la fille aurait pris 150% de l’héritage du grand père.

3- Si l’homme meurt, laissant deux filles, un père et une mère, et laisse 24000,

Car le père ale sixième et la mère la sixième.

Chaque fille en reçoit un tiers, et la part de chacune des deux filles est de 8 000 ; et le père et la mère sont égaux à chacun d’eux un sixième, soit 4 000. La fille aura donc pris 200% de l’héritage du père.

4- Si une femme décède et laisse derrière elle un mari, un grand-père ; deux frères de la mère et deux frères d’un père:

Car le mari a la moitié, le grand-père en a un sixième, la mère un sixième ; les frères et sœurs du père en ont six, et rien n’est les frères de la mère.

Si le défunt partait (vingt-quatre mille euros ), la part du mari serait de (douze mille euros ).

Le grand-père est égal à la mère et la part de chacun d’eux est de (quatre mille) , et les deux frères prennent 2000 (deux mille euros ). Ainsi, la mère hérite ici de 200% de son mari.

5- Si une femme décède et laisse derrière elle un mari, un grand-père ; deux frères de la mère et quatre frères d’un père:

Car le mari a la moitié, le grand-père en a un sixième, la mère un sixième ; les frères et sœurs du père en ont six, et rien pour les frères de la mère.

Si le défunt avait 24.000 € (vingt-quatre mille euros ), la part du mari serait de 12.000 (douze mille) , et le grand-père était égal à la mère, et la part de chacun d’eux est de 4000 € , et chacun des frères au père de chacun d’eux prendrait (mille euros ) et par là la mère aurait hérité quatre fois le frère de son mari, soit 400%.

6- Si une femme meurt et laisse derrière elle un mari, un grand-père ; deux frères de la mère et huit frères d’un père.

Donc la moitié pour le mari, pour le grand-père le sixième, pour la mère un sixième ; pour les frères et sœurs du père un sixième et rien pour les frères de la mère, donc si le défunt.

7- Si une personne meurt et laisse deux filles, la fille du fils et le fils du fils du fils.

Si le défunt laissait 18.000 € (dix-huit mille), la part de chaque fille serait de 6000 (six mille) ; et la part de la fille du fils 2000 (deux mille) et du fils du fils du fils 4000 (quatre mille). Ainsi, la fille aurait pris 150% de la part du fils du fils.

8- Si une femme meurt et laisse derrière elle un mari ; une sœur germaine et une sœur pour le père et une sœur pour la mère.

Donc la moitié pour le mari, et pour la sœur la moitié, et rien pour la sœur pour le père et pour le frère pour le père.

9- Si un homme meurt et laisse deux filles, un frère paternel et une sœur paternelle.

Si le défunt laissait 80.000 € (quatre-vingt dix mille euros ), alors la part de chacune des deux filles serait 30.000 € (trente mille euros), la part du frère au père (vingt mille), et la part de la sœur du père (sa sœur ) dix mille. Ainsi, la fille aurait pris 150% de la part du père du frère.

10- Si un homme meurt et laisse derrière lui une femme, une grand-mère ; deux filles et 12 frères et une sœur.

La femme a une part de 75, les deux filles ont les deux tiers et une part est de 200, la grand-mère a un sixième et sa part est de 100, et les frères ont 24 actions, chacun d’eux a 2 actions, et la sœur a 100. En conséquence, la fille a pris plus que le frère et était égale au grand-père.

11- Si elle meurt et laisse derrière elle un mari, un père, une mère, une fille ; la fille d’un fils et le fils d’un fils.

Si le défunt laisse 12.000 € (douze mille), la succession doit être divisée en 13 (treize) parts, le mari prend 5538 € , et le père et la mère prennent 3.692 € , et la fille prend 11076 € , et rien pour la fille de le fils et le fils du fils. Ici, vous constatez que la fille a pris plus du double de ce que le mari a pris ; et plus de 250% de ce que le père a pris.

12- S’il meurt ou meurt et laisse la mère et la sœur de la sœur et le frère du père ; et la sœur du père.

Ainsi, la mère prend un sixième et sa part est de 3, et le grand-père prend un tiers du reste ; et sa part est de 5, et la sœur prend la moitié et sa part est de 9 ; puis divise une part par trois pour le frère et la sœur à le père (pour un homme la part de deux femmes).

Si le défunt laissait 18 000 € , la mère prendrait 3000 € , le grand-père cinq mille, la sœur neuf mille et le frère environ 666 € et sa sœur environ 333 € . Ici, vous constatez que la sœur a pris plus de (13) fois ce que le frère.

13- Si l’homme meurt et laisse derrière lui une femme, deux filles, un père et une mère,

La femme a une part de 3, le père un sixième et sa part est de 4, la mère un sixième et une part de 4 ; et chaque fille un tiers et chaque part 8. Donc, le nombre d’actions est de 27, donc si le défunt laissait 24 000 € (vingt-quatre mille) ; elle devrait compter jusqu’à 27 actions au lieu de 24. Dans ce cas, la femme prendra 2666 €, et les deux filles prendront 15222 € à parts égales entre elles, soit 7111€ pour chacune d’elles, la mère 3555 € et le père 3555 € .

Ici, la fille a pris presque le double que le père du defunt.

14- S’il meurt laissant une mère, un grand-père et une sœur.

Donc le grand-père en prend un sixième, la mère en prend deux fois plus, ce qui est le tiers , et la sœur prend la moitié.

15- Si l’homme meurt et laisse quarante mille euros et qu’un fils, sa fille et sa femme ont une dot de retour (seize mille euros), alors la répartition est la suivante:

La femme 16000 + la dot de retour (3000) = 19000 (dix-neuf mille) euros, le fils: les deux tiers après déduction de la dot 16000 (seize mille) euros, la fille: un tiers après déduction de la dot 8000 € (huit mille)

16- Si un homme meurt laissant : une femme, une fille, une mère et deux sœurs, d’une mère et d’un beau-frère.

Nous avons constaté ainsi que la femme a trois actions sur vingt-quatre, la mère en a quatre, le propre frère en a cinq et les deux sœurs n’ont rien.

Donc, la fille en hérite plus que le frère. Il en est de même s’il remplace la fille, la fille du fils, et s’il descend.

17- Si une femme meurt laissant : un mari, une fille, une sœur, un frère et une belle-sœur.

Le mari a une part sur quatre, la fille en a deux, la sœur en a une et la sœur du père rien. Le mari hérite ici de la moitié de ce dont la fille hérite.

18- Si une femme meurt et laisse : un mari et deux filles, un fils et un fils d’un fils.

Le mari a trois parts sur douze, et pour les deux filles du fils huit, chacune ayant quatre parts ; et pour le fils de la dernière, une part.

Donc, la part de chacune des filles du fils dans l’héritage est supérieure à la part du fils du fils ; car elle est plus élevée que lui et plus grande que la part du mari.

Cas dans lesquels une femme hérite mais un homme n’hérite pas :

1- S’il meurt et laisse derrière lui une fille, une sœur et un oncle ; la fille en a la moitié, et la sœur ; en a la moitié et rien pour l’oncle.

2- Si une femme meurt et laisse derrière elle un mari ; une sœur et une sœur pour le père et une sœur ; pour la mère, le mari en a la moitié, et la sœur a la moitié ; et il n’y a rien pour la sœur pour le père et pour le frère pour le père.

3- Si elle meurt et laisse derrière elle un mari, un père, une mère, une fille, la fille d’un fils ; et le fils d’un fils le mari a un quart et sa part est de 3 ; et le père et la mère ont chacun un sixième et chacun partage 2 et la fille moitié et sa part 6 et rien pour chacun de la fille du fils et du fils du fils ; c’est-à-dire la fille Elle a hérité six fois du fils du fils.

4- Si elle meurt et laisse derrière elle un mari, une mère, deux frères, une mère et un frère ; un ou plusieurs frères.

Le mari a la moitié et sa part 3, la mère a un sixième et une part, et les frères et sœurs de la mère du tiers et chacun d’eux obtient une part et est valable à partir de (6), et les frères et sœurs n’héritent pas.

À travers ces cas susmentionnés, il devient ainsi clair que la charia établit un équilibre délicat entre le droit à l’héritage et à la pension alimentaire d’une femme, d’une manière qui la rend soit égale à l’homme ; soit elle a plus de droits que lui en raison de sa faiblesse, que de suivre le rythme de l’homme dans l’effort de gagner sa vie.

Il apparaît également que la femme est égale à l’homme en droit d’héritage ou prend plus que cela ; lorsque sa caution est moindre et qu’elle n’en hérite pas à moins que les aspects de sa garantie ne soient doublés de manière à la mettre en sécurité du besoin.

Source : Etude de l’université d’Al Azhar

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *