Suivez nous

Théologie

L’islam autorise la transplantation d’un cœur de porc dans un corps humain

Publié

le

Une partie des savants musulmans autorisent la transplantation d’un cœur de porc dans un corps humain. Récemment, le processus de transplantation d’un cœur de porc dans un corps humain a fait sensation dans les milieux scientifiques et religieux.

Le Dr Mabrouk Attia, professeur de charia à l’Université Al-Azhar, a déclaré dans son discours sur la décision relative à la transplantation d’un cœur de porc dans un corps humain, que les opérations de transplantation et de transfert d’organes de porc et d’autres animaux interdits tombent sous la catégorie de nécessité permise par la loi, et il a cité le dicton du Tout-Puissant : « Celui qui est forcé ».

Dans un contexte connexe, Dar Al-Iftaa a déclaré que l’utilisation d’une partie des organes du porc pour le traitement est légitime.

La fatwa a précisé qu’un membre d’un cochon n’est pas utilisé en médecine à moins qu’il n’y ait rien pour le remplacer et qu’il y ait un besoin pour cela.

Elle a souligné que sur cette base, il n’y a rien de mal à prendre des médicaments avec un organe de porc dans ce cas, car la conservation de la vie est plus prioritaire.

Décision de transplantation cardiaque

La majorité des chercheurs sont d’avis que la transplantation d’organes est permise pour les raisons suivantes :

1– Un don est considéré comme un don de bienfaisance continu

Le cheikh d’Al-Azhar Muhammad Sayed Tantawi, qui avait précédemment annoncé son don de la cornée de son œil après sa mort, a déclaré qu’il est permis de transférer des organes humains d’une personne récemment décédée à une autre personne vivante « tant que cela se fait de manière appropriée et par le biais de dons, considérant que ce don est une sorte d’altruisme louable et de charité continue.

2- La mort du tronc cérébral

Le chef du Syndicat des médecins égyptiens, Hamdi Al-Sayed, estime que la mort du tronc cérébral est une mort complète après laquelle la personne ne revient pas à la vie et que le fait de ne pas donner ses organes constitue une injustice envers les patients. Les médecins ont établi des signes cliniques par lesquels la mort cérébrale peut être déclarée, notamment : l’absence de toute action réflexe, la confirmation des résultats de l’examen clinique par l’EEG qui apparaît constamment, et l’absence de toute fonction cérébrale dans les 24 heures.

3- La réalité de l’Etat

Le regretté Cheikh d’Al-Azhar Gad Al-Haq Ali Gad Al-Haq a soutenu que le don d’un des organes est permis pour la tutelle donnée à l’homme par Dieu Tout-Puissant sur ses membres. Car il est clair que le tuteur peut agir dans ce qu’il fait un tuteur sur lui, même s’il n’est pas propriétaire, à condition qu’un médecin musulman digne de confiance déclare que le transfert de l’organe d’une personne à une autre, ne cause pas de préjudice grave au donneur, mais sauve plutôt la vie du donneur ou le sauve d’une maladie grave.

4- Les références du Noble Coran au sujet de la transplantation d’un cœur de porc

Les partisans se sont tournés vers des preuves textuelles qui permettent le transfert d’organes, y compris : La parole du Tout-Puissant : « Et quiconque sauve une vie, c’est comme s’il avait sauvé tout le monde. » Al-Ma’idah 32. Dieu Tout-Puissant dit : « Dieu désire la facilité pour vous, et Il ne désire pas la difficulté pour vous. » Al-Baqarah 186.

Et Sa parole : « Dieu ne veut pas te mettre dans l’épreuve » (Al-Ma’idah 6).

Sur le l’autorité d’Usama bin Shareek qui a dit : Un Bédouin est venu et a dit : Ô Messager de Dieu, cherchez-vous refuge ? Il a dit: « Oui, car Dieu n’a pas fait descendre une maladie sauf qu’Il a fait descendre un remède pour cela. Sa connaissance vient de sa connaissance, et son ignorance vient de son ignorance. « Rapporté par Ahmad.

Ces versets et hadiths sont une règle générale qui inclut le fait de sauver une personne d’un danger certain.

5- En enracinant les règles de jurisprudence

Il existe des preuves que les érudits ont tiré des règles de la jurisprudence. Notamment que le préjudice doit être supprimé et que c’est l’un des objectifs de la charia. La règle est « Les nécessités autorisent les interdits« .

Parmi les buts majeurs de l’islam, il y a la préservation de la religion, de l’âme, de l’esprit, de l’argent, de l’honneur et de la progéniture. On sait que la vie n’est pas possible sans la présence de ces nécessités. Par conséquent, l’islam légifère sur les limites et la rétribution de quiconque qui viole le caractère sacré de ces nécessités.

6- Honorer l’être humain

Dieu a créé l’homme et l’a honoré, donc l’islam tenait à sa vie et ne lui faisait pas de mal, alors la charia a ordonné à la personne de prendre tous les moyens qui la préservent, sa vie et sa santé et l’empêchent de nuire et de nuire. certains organes d’une personne à une autre, que ce soit du vivant au vivant ou du mort dont la mort a été constatée au vivant.

Conditions de transfert de membre

Mais ceux qui soutiennent la licéité de la transplantation d’organes ont spécifié des conditions et des contrôles, qui sont :

Pour une transplantation d’un vinant à autre vivant, il faut que :

Premièrement :

La nécessité absolue du transfert, de sorte que l’état de santé du patient se détériore continuellement, et rien ne peut le sauver d’une mort certaine, sauf en lui transférant un organe sain d’un autre être humain, et les experts médicaux estiment que c’est juste, à condition que le destinataire y consente dans le cas où il est un adulte sain d’esprit et choisi.

Deuxièmement :

Le transfert de l’organe n’entraîne pas de préjudice réel pour la chose transférée qui lui porte préjudice en tout ou en partie, ou l’empêche d’accomplir le travail qu’il entreprend dans la vie, matériellement et moralement, ou l’affecte négativement dans le cas ou de l’argent d’une manière qui est confirmée d’un point de vue médical.Le dommage est toujours causé par le dommage.

Troisièmement :

Que le transfert se fasse sans aucune contrepartie matérielle ou morale, directement ou par intermédiaire. De sorte qu’il soit loin d’acheter, de vendre et d’échanger. La question de la vente et du commerce d’organes n’est pas un produit de l’ère moderne, telle qu’elle est présente dans l’héritage jurisprudentiel islamique, mais avec un autre nom, qui est « l’utilisation » et qui est présent dans les quatre écoles de pensée.

Parce que l’être humain est honoré, il n’est pas permis de profiter de sa peau, ou de ses dents. Si nos anciens juristes interdisaient de vendre et de profiter des cheveux, de la peau et des dents humaines, alors vendre des organes et d’en tirer profit est plus qu’interdit à leurs yeux.

Quatrièmement :

Délivrance d’un récépissé écrit de la commission médicale préalable au transfert de connaissance de ces contrôles et remise aux parties concernées des deux parties transférées et à qui le transfert est effectué avant d’effectuer l’acte médical, à condition que ce Le comité est spécialisé et ne compte pas moins de trois médecins équitables et aucun d’entre eux n’a d’intérêt dans le processus de transfert.

Cinquièmement :

Il est stipulé que le membre transféré ne doit en aucune manière entraîner le brassage des lignages.

Transfert des morts aux vivants.

1. L’organe à partir duquel l’organe a été transféré doit être décédé d’une mort légitime par séparation complète de la vie, c’est-à-dire une mort complète avec laquelle il est impossible de revenir à la vie, selon le témoignage de trois experts .

2. La nécessité absolue du transport pour que l’état de santé du patient se détériore continuellement le sauve du point de vue médical sauf à transférer un organe sain d’un autre être humain vivant ou mort.

3. Que la personne décédée dont l’organe est transféré a autorisé ce transfert de son vivant alors qu’il était pleinement capable mentalement et sans coercition physique ou morale et de sorte que le transfert ne conduise pas à une insulte à la dignité de l’être humain.

4. L’organe transféré du mort au vivant ne doit pas conduire au mélange de lignées, telles que les organes génitaux et autres.

5. Le transfert doit se faire dans un centre médical spécialisé agréé par l’État ; sans aucune contrepartie financière entre les parties concernées.

Transplantation d’un rein de porc dans un corps humain

Le Dr Mazhar Shaheen, membre du Conseil suprême des affaires islamiques, s’est exprimé sur la question de savoir si une personne est autorisée à lui transférer un organe d’un animal impur. Il a expliqué que certains érudits l’ont rejeté au motif que la pureté est une condition de la validité de la prière, et une personne doit avoir tout son corps pur et donc il ne peut pas utiliser une partie d’un animal impur.

Le Dr Mazhar Shaheen a ajouté que l’autre opinion de la majorité des érudits et des juristes est qu’il est permis à une personne de transférer un organe d’un animal impur comme un cochon, par exemple, afin de préserver sa vie. C’est le cas de la transplantation d’un cœur de porc.

Ne ratez plus nos articles !

Abonnez-vous à notre Newsletter mensuelle.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.