Suivez nous

Politique

La nouvelle sculpture de l’émir Abdelkader saccagée à Ambroise

Publié

le

La sculpture représentant l’émir Abdelkader à Ambroise a été saccagée dans la nuit de vendredi à samedi. Un portrait du résistant algérien est exposé depuis longtemps dans le château d’Ambroise, ou il était assigné à résidence après sa capitulation.

La mise en place de cette œuvre d’art a été suggérée par l’historien Benjamin Stora dans son rapport sur la réconciliation historique. Rapport commandé par le président de la République qui veut rebâtir une relation apaisée avec l’ancienne colonie française.

La sculpture sera restaurée dans un mois, selon les déclarations de l’artiste Michel Audiard. Le maire a également indiqué que l’œuvre serait « restaurée et refaite ».

Le gouvernement condamne

Gérald Darmanin, en marge de la clôture du forum du l’Islam de France, a condamné « cet acte qui est profondément débile. L’augmentation des actes antireligieux n’est pas un bon signe de santé de la société française », a-t-il précisé.

La ministre de la culture, Roselyne Bachelot, s’est empressée de condamner la dégradation de l’œuvre d’art.

Le maire d’Amboise Thierry Boutard dénonce un « saccage ignoble » dans une « période où certains se complaisent dans la haine des autres », selon Frédéric Bobin journaliste du Monde.

« Rappelons-nous ce qui nous unit. La République n’effacera aucune trace ni aucun nom de son histoire. Elle n’oubliera aucune de ses œuvres. Elle ne déboulonnera pas de statues », a condamné également Emmanuel Macron cet acte dans une réaction transmise à l’AFP.

L’émir Abdelkader

En effet, l’émir Abdelkader a combattu l’occupant français 15 ans durant. Croyant, pratiquant et soufi, il sera toutefois, le premier à organiser une armée itinérante, la Smala. Il finira par se rendre aux Français, en donnant son cheval noir et son épée. Il avait demandé de s’exiler en terre d’islam.

Selon l’écrivaine amboisienne Martine Le Coz (selon le site La Nouvelle République) ; « Les Français ont promis, mais ont repris leur promesse. Il s’est retrouvé enfermé au Fort Lamalgue à Toulon, puis dans le château de Pau, et enfin dans le château Amboise, pour l’éloigner encore de sa terre natale. »

Il y restera quatre années avec sa famille et sera libéré sous le règne de Napoléon III et finira sa vie à Damas en Syrie.

Ne ratez plus nos articles !

Abonnez-vous à notre Newsletter mensuelle.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.