Suivez nous

Théologie

L’Adhan ou l’appel à la prière islamique : histoire et signification

Publié

le

L’appel à la prière islamique, adhan , signifie littéralement « annonce ». Il peut être entendu jusqu’à cinq fois par jour dans les communautés musulmanes, une fois pour chacune des cinq prières quotidiennes. Souvent diffusé depuis les minarets des mosquées et par les médias, il existe également une tradition de récitation de l’adhan à l’oreille d’un nouveau-né.

Le minaret d’une mosquée était autrefois le lieu d’où le muezzin appelait à la prière. L’adhan est l’appel donné pour annoncer qu’il est temps pour une Salat obligatoire (prière rituelle).

Cinq fois par jour, l’adhan est levé dans les mosquées du monde entier. C’est une Sunnah (devoir facultatif) qui apporte sa propre récompense d’Allah (Dieu). La personne qui donne l’adhan s’appelle un muadhin. Le mot anglais « muezzin » est une mauvaise prononciation du terme arabe.

Un muezzin appelant les fidèles à la prière dans une mosquée d'Alexandrie, en Égypte.
Un muezzin appelant les fidèles à la prière dans une mosquée

Qu’est-ce que l’adhan ?

L’adhan est une invitation à entrer dans l’espace de prière, à tourner son corps, son âme et son esprit vers Dieu. Dans de nombreux pays à prédominance musulmane, l’appel à la prière est diffusé sur des haut-parleurs cinq fois par jour depuis le minaret de chaque mosquée locale.

Ce mot arabe peut être traduit par « annonce » ou « faire prendre conscience de ». toutefois, dans l’usage islamique, c’est l’annonce de l’appel à la prière. Prononcé à l’origine depuis un minaret – ou le point le plus haut d’une mosquée – par un muezzin, il est en effet, utilisé cinq fois par jour ; avec la seule variation dans l’appel à la prière avant l’aube, qui comprend les mots : « La prière est meilleure que le sommeil. ”

L’histoire de l’adhan (appel à la prière en islam)

Les mots standards qui composent l’adhan sont apparus en effet, quelques années après l’arrivée de l’Islam.

Les premiers musulmans de l’Arabie du VIIe siècle étaient peu nombreux et se faisaient savoir qu’il était temps de prier de bouche à oreille. Mais à mesure que leur nombre augmentait, le Prophète Muhammad et ses compagnons discutaient souvent de la meilleure façon de rassembler la communauté pour la prière.

Après avoir établi la première communauté musulmane à Médine en 622, les premiers musulmans ont débattu de la manière de se rassembler pour la prière. L’un d’eux leur a suggéré d’utiliser une cloche. Un autre, une corne. D’autres pensaient battre un tambour ou allumer un feu. Mais il n’y a pas eu d’accord et le débat s’est poursuivi.

Un hadith (paroles et traditions rapportées du prophète) déclare qu’un compagnon du prophète,  Abdullah Ibn Zayd, a fait un rêve lui disant d’utiliser la voix humaine pour faire l’appel à la prière, et qu’on lui a également dit que les mots devaient être récités.

Bilal ibn Rabah al-Habashi, un esclave abyssin libéré et converti de bonne heure à l’islam, a été choisi pour donner l’appel à la prière  en raison de sa belle voix. Les mêmes mots de ce rêve du 7ème siècle sont encore récités aujourd’hui, pour appeler les fidèles du monde entier à accomplir leurs cinq prières quotidiennes.

Un muezzen appelle à la prière adhan à partir d'un minaret
Un muezzen appelle à la prière

Quelle est la signification de l’appel à la prière musulmane l’Adhan

L’adhan commence par une affirmation de la suprématie d’Allah (Dieu). Vient ensuite la chahada (profession de foi), qui consiste en la profession de l’unité d’Allah (Dieu), la négation du chirk (polythéisme) et la confirmation que Mohamed (paix et bénédictions soient sur lui) est le Messager d’Allah (Dieu). Et après cela, vient l’appel à la Prière et au succès — notre demeure éternelle au Paradis — qui implique aussi notre retour vers le Créateur. Chaque ligne est répétée pour l’accent.

Comment réciter l’adhan (appel à la prière) ?

Les paroles de l’adhan sont les suivantes :

Allahou Akbar, Allahou Akbar. Allah est le plus grand, Allah est le plus grand.

Allahou Akbar, Allahou Akbar. Allah est le plus grand, Allah est le plus grand.

Ach-hadou alla ilaha illa-llah. J’atteste qu’il n’y a de digne d’adoration qu’Allah.

Ach-hadou alla ilaha illa-llah. J’atteste qu’il n’y a de digne d’adoration qu’Allah.

Ach-hadou anna Muhammadoun-Rasouloullah. J’atteste que Muhammad est le Messager d’Allah

Ach-hadou anna Muhammadoun-Rasouloullah. J’atteste que Muhammad est le Messager d’Allah

Haya ‘ala-s-Salah, haya ‘ala-s-Salah. Hâtez-vous à la Prière, Hâtez-vous à la Prière.

Haya ‘ala-l-falah , haya’ ala-l-falah. Hâtez-vous au vrai succès, Hâtez-vous au vrai succès

Allahou Akbar, Allahou Akbar. Allah est le plus grand, Allah est le plus grand.

La ilaha illa-llah. Il n’y a de digne d’adoration qu’Allah.

Dans l’adhan de la Prière du Sobh (Aube) (également appelée la Prière du Fajr), les mots suivants sont ajoutés après Hayya ‘ala-l-fal ah :

As-Salatou khairun mina naoum, As-Salatou khairon mina naoum. La prière vaut mieux que le sommeil, La prière vaut mieux que le sommeil.

L’adhan dans la tradition juridique islamique

La tradition juridique islamique, la charia, se compose de cinq écoles de pensée (quatre sunnites et une chiite), qui déterminent les détails de la pratique rituelle, y compris l’adhan. 

Il existe des variations mineures dans le texte entre les cinq écoles, principalement en termes de répétitions des différentes phrases. Bien que les sunnites incluent généralement une phrase pour la prière du matin, qui ne fait pas partie de la pratique chiite ; les chiites incluent généralement une phrase sur Ali, qui ne fait pas partie de la pratique sunnite. Ils incluent ainsi les mots : « Je témoigne qu’Ali est l’ami d’Allah » en référence à Ali ibn Ali Talib, le cousin du prophète et plus tard une figure vénérée.

Il y a également eu un changement temporaire des mots récités dans l’adhan suite à l’émergence de la pandémie de Covid-19 en 2020. Les mots « venez à la prière » ont été remplacés par « priez chez vous » dans l’appel ; pour dissuader les gens de prier en commun dans les mosquées.

Qu’es-ce qu’on dit lorsqu’on entend l’adhan

Après l’adhan, il est recommandé de dire le douaa (supplique) suivant :

Allahumma rabba hadhihi-d-da’awati-t-tammati wa-s-Salati-l-qa’imati, ati Muhammadan il-wasilata wa-l-fadilata wa-d-darajata-r-rafî’ati wa-b’ ath-hu maqamam mahmudan illadhi wa’adtahu.

Allah, Seigneur de cet appel le plus parfait, et de la Prière qui est sur le point d’être établie ; accorde à Mohammed la faveur de la proximité (à Toi) et de l’excellence et une place de distinction ; et élève-le à la position de gloire que Tu lui a promis.

Aussi, le Saint Prophète a dit : « Chaque fois que vous entendez l’Adhan, dites ce que dit le Mu’adhdhin « .

Quand l’adhan est diffusé ?

L’Adhan appelle les musulmans du monde entier à prier cinq fois par jour. Il peut donc être diffusé dans le quartier, récité depuis l’intérieur du bâtiment de la mosquée ou émis depuis l’extérieur.

Dans quelle langue l’appel à la prière est diffusé ?

L’adhan est récité en arabe. Toutefois, en 1923, suite à l’effondrement de l’Empire ottoman et sous la présidence de Mustafa Kemal Atatürk, l’ adhan est donné en turc alors que le pays traverse une période de nationalisme. Ce n’est qu’en 1950, lorsque Adnan Menderes est arrivé au pouvoir, que l’adhan arabe traditionnel a été réintroduit en Turquie. Il est resté en place depuis.

Réciter l’appel à la prière dans l’oreille du nouveau-né

Il est conseillé de chuchoter cet appel à la prière dans l’oreille droite d’un enfant musulman nouveau-né ; suivi de l’annonce de la prière (Iqama) dans l’oreille gauche de l’enfant.

Abu Rafi’ a rapporté : J’ai vu le Messager d’Allah, paix et bénédictions sur lui, prononcer l’appel à la prière à l’oreille de Hasan ibn Ali après que Fatimah lui ait donné naissance. Source : Sunan al-Tirmidhi 1514, Grade : Sahih (authentique) selon Al-Tirmidhi

Pourquoi l’Adhane est-il donné à la naissance d’un enfant ?

L’adhan est doucement récité dans l’oreille droite d’un nouveau-né, en guise de bienvenue dans le monde.

Quelle différence entre adhan et Iqama ?

Lorsque le mouadhin termine la récitation de l’appel à la prière (adhan) et que les fidèles se sont rassemblés pour accomplir la prière, l’un d’eux se charge de faire l’annonce de la prière (iqama), en disant à haute voix :

Allahou ‘kbar ,Allahou Akbar 

Ach-hadou an la ilaha il-la l-Lah

Ach-hadou Ana Mohammadoun rassoulou Lah

Haya ala salat

Haya ala l-falah

qad qamati salat, qad qamat salat

Allahou ‘kbar ,Allahou Akbar 

La ‘ilaha ‘il-la l-Lah

Qui est le premier muadhen en islam

Les études sur l’adhan font souvent référence au compagnon du prophète Bilal ibn Rabah, comme premier muazzen en islam. Esclave africain dans l’Arabie préislamique, Bilal a été libéré par les musulmans et est devenu ainsi le muezzin préféré du Prophète (celui qui appelle adhan, alias muadhdhin ).

Que peut-on voir dans l’appel à la prière ?

Premièrement, il déclare la suprématie et l’unicité d’Allah de l’Islam. 

Deuxièmement, c’est une sommation aux musulmans de sortir du lit et de leur routine quotidienne. Et ce, afin de cimenter leur accomplissement d’une de leurs obligations religieuses. Cela leur rappelle également qu’en faisant cela, ils continuent de faire partie de l’équipe gagnante du prophète Mohammad ; aussi, ils agrègent le mérite et évitent le feu de l’enfer.

Troisiemment, il sert d’unificateur pour la communauté musulmane, qui se distingue de ce qu’on appelle les incroyants.

Quatrièmement, il fait partie intégrante d’un système de mérite. Que ce soit pour le muezzin ou pour celui qui répond à cet appel.

Quels sont les différents styles de l’appel à la prière musulmane

À quelques exceptions près, l’adhan est donné en arabe. Sans mélodie ni mètre fixe, sa sonorité est fonction de certaines caractéristiques linguistiques. Les voyelles longues apparaissent dans les derniers mots de la plupart des phrases de l’adhan et, selon les goûts, elles peuvent souvent être étendues de manière mélismatique, tandis que le timbre de l’adhan est influencé par la prononciation de diverses lettres en arabe. 

En général, les directives pour appeler l’adhan suivent celles de la récitation du Coran, bien que les règles formelles de la récitation coranique soient moins contraignantes pour l’adhan.

Par ailleurs, les ethnomusicologues se sont concentrés sur l’adhan et ont identifié deux styles ; laythi , un style récitatif sans fioritures populaire dans les zones rurales ; et sultani , un style urbain moins récitatif et plus fleuri. Sultani semble lié aux sultans ottomans ; Les musulmans turcs sont toujours connus pour leur style adhan fleuri et très orné. 

Dans la grande mosquée des Omeyades du VIIIe siècle à Damas, six muezzins récitent collectivement l’adhan. 

Ainsi, cette récitation de groupe de l’adhan est connue sous le nom d’Al-Jawq, et elle est unique en Syrie, née il y a 500 ans comme un moyen d’informer les pèlerins destinés à La Mecque qu’il était temps de prier. Les six font partie d’un groupe restreint de 25 muezzins qui se relaient pour réciter collectivement dans un style particulier à la mosquée. 

Les multiples mélodies de l’appel musulman à la prière

L’appel à la prière, ou adhan, est une caractéristique du paysage sonore dans de nombreux pays musulmans. La beauté de l’appel réside dans sa mélodie, qui peut avoir le pouvoir de captiver les oreilles des musulmans et des non-musulmans .

Bien que les mots restent les mêmes, les auditeurs attentifs à l’appel pourront capter des différences subtiles dans le rythme et le ton des mots. 

Ainsi, l’art de l’adhan a été développé pendant l’Empire ottoman et était un moyen créatif pour annoncer l’heure de la prière simplement en entendant le ton de l’adhan.

Basé sur des variations du système mélodique maqam du Moyen-Orient, incorporant des gammes, des phrases et des harmonies pour créer une « ambiance » à la fois dans la musique classique et dans la récitation du Coran, l’appel à la prière peut ainsi évoquer une myriade d’émotions. 

Différentes mélodies et maqam

Par exemple, un adhan récité dans le maqam Nahawand ; du nom de la province de Nahavand en Iran, d’où il est originaire ; est mélancolique et souvent utilisé pour la prière de l’ asr du milieu de l’après-midi un jeudi, pour marquer le début du vendredi, un jour saint dans l’Islam. Le maqam Bayati est le style classique de l’adhan. Décrit comme un « adhan relaxant aux tons chauds et profonds », il est souvent utilisé pour la prière de midi, ou dhuhr.

Il n’y ait pas eu de normalisation quant au maqam à utiliser pour quelle prière. Toutefois, certains adhan sont plus couramment utilisés pour certaines prières.

Le rythme lent et régulier du Maqam Sabah est généralement entendu à l’aube, pour que la prière du fajr berce les fidèles. Mais le battement rapide du maqam Sika est souvent associé à la prière du coucher du soleil, ou maghrib , lorsque le temps entre l’adhan et la prière est limité.

L’heure du Maghreb est aussi le moment où les musulmans rompent leur jeûne. Ils ne voudront donc pas d’un long adhan à ce moment-là. De plus, au mois de Ramadan après la rupture du jeûne, les gens doivent se préparer pour les prières du soir de tarawih . Donc, cet adhan et cette prière sont courts.

Par ailleurs, le rythme régulier de l’ adhan maghrib du cheikh égyptien Mohammad Rifat a toujours le pouvoir d’émouvoir.

Cheikh Mohammad Rifat

Ce même adhan est encore diffusé chaque année sur la radio nationale du pays à l’heure du maghrib du Ramadan.

Cheikh Mohammad Rifat incarne également le mois sacré. Il est ainsi le Ramadan et le Ramadan est lui, les deux sont éternellement liés.

Né en 1882 et populaire pour sa voix mélodieuse ; Cheikh Rifat a été la première personne à réciter le Coran en arabe sur BBC Radio, en 1935. Il est mort en 1950, mais son « héritage perdure »

Ne ratez plus nos articles !

Abonnez-vous à notre Newsletter mensuelle.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.