Théologie

Au moins 4 pays interdisent la prière de l’Aid al Adha

Publié

le

Quatre pays musulmans ont interdit la prière de l’Aïd al Adha (Fête du Sacrifice) au milieu des craintes de propagation du coronavirus.

Les autorités mauritaniennes, marocaines, omanaises et tunisiennes ont déclaré que les prières n’auraient pas lieu par mesure de précaution pour endiguer la propagation du COVID-19. Pendant ce temps, l’Égypte, l’Arabie saoudite, le Koweït, le Qatar, les Émirats arabes unis (EAU) et la Jordanie organiseront des prières par mesure de précaution, notamment en limitant le temps de prière et en tenant le sermon dans des cours ouvertes. En France les prières ont eu lieu aux stades de foot et gymnases des communes française après autorisation de la préfecture.

Selon l’agence Anadolu, des prières auront également lieu en Algérie, en Palestine, en Libye et à Djibouti, tandis que Bahreïn a déclaré qu’il autoriserait les prières à l’intérieur d’une mosquée avec un nombre limité de fidèles. La Syrie, la Somalie, le Soudan, le Liban, le Yémen et les Comores n’ont pas encore annoncé leur décision de tenir les prières de l’Aïd.

Un Hajj pas comme les autres

Des milliers de pèlerins masqués effectuant le pèlerinage annuel du hajj islamique se sont réunis lundi sur le mont Arafat, exprimant leurs espoirs de paix et de fin de la pandémie de COVID-19. L’Arabie saoudite, qui abrite les sites les plus saints de l’islam à La Mecque et à Médine, a filtrer les fidèles étranger pour la deuxième année consécutive et a restreint l’entrée à l’intérieur du royaume dans des conditions spéciales pour se prémunir contre le coronavirus et ses nouveaux variants.

Seuls 60 000 citoyens et résidents saoudiens, âgés de 18 à 65 ans, qui ont été complètement vaccinés ou guéris du virus et ne souffrent pas de maladies chroniques, ont été sélectionnés pour le rite, un devoir unique pour chaque personne valide qui peut se le permettre.

Au cours des années précédentes, plus de deux millions de pèlerins parcouraient le mont Mercy dans les plaines d’Arafat, assis les uns à côté des autres dans la chaleur torride de La Mecque, portant des parapluies et des ventilateurs pour se rafraîchir alors que les températures montaient vers 40 degrés Celsius.

Cette année, les pèlerins, vêtus de robes blanches signifiant un état de pureté, ont dû observer une distanciation sociale et porter des masques faciaux sur le mont Arafat. Le mont Arafat est également l’endroit où le prophète Mohammad a prononcé son dernier sermon de Hajjete al Ouadaa.

Depuis décembre 2019, la pandémie a fait plus de 4 millions de morts dans 192 pays et régions, avec plus de 190 millions de cas signalés, selon l’Université Johns Hopkins.

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2021 L'islam de France

Exit mobile version