Suivez nous

Société

Un fils de policier et musulman se fait tabassé après avoir fêté Noël

Publié

le

Un jeune Belfortain de confession musulmane et fils de policiers a déposé une plainte après avoir été agressé parce qu’il avait publié sur les réseaux sociaux des photos le montrant en train de fêter Noël.

En effet, à la suite de la publication d’un cliché montrant des huitres et des crevettes, la victime, âgée de 20 ans a d’abord reçu un message menaçant : « Sale fils de blanc, fils de serpent, fils de policiers… Je vais te montrer ce qu’est un vrai rebeu » (arabe en verlan). L’auteur, qu’il connaissait de l’école et de son club de football, le menaçait lui et ses parents parce qu’il est choqué de le voir fêter Noël alors qu’il est de confession musulmane.

Voulant avoir une explication, le jeune homme l’a convié à un rendez-vous. Mais il était attendu par cinq personnes qui s’en sont prises à lui et l’ont violemment frappé et menacé pour qu’il ne dépose pas plainte.

«Il est tombé dans un guet-apens», a affirmé la mère de la victime, officier de police judiciaire, pour laquelle «cette affaire ne doit pas rester sans suite. Ce sont des comportements sectaires et racistes. C’est inacceptable au XXIe siècle. Chacun est libre de fêter ce qu’il veut et comme il l’entend».

L’organisation syndicale représentative de la Police nationale a apporté son soutien à son « collègue » et à « sa famille ». Michel Corriaux, secrétaire régional Grand Est du syndicat de police Alliance s’est déclaré sur Twitter « en colère » et a manifesté son « écœurement face à la haine anti-flics et cet intégrisme religieux infect. La réponse pénale doit être ferme et sans concession ».

Le président de la région Grand Est, Jean Rottner (LR), a également réagi sur Twitter: «Agression inadmissible motivée par un racisme trop ordinaire et une haine de la police. La France a besoin d’une autorité républicaine qui s’exprime réellement et efficacement. Tout mon soutien à la victime et à sa famille», a-t-il écrit.

Le ministre de l’Intérieur, Gerald Darmanin, a lui aussi vivement condamné cet acte de violence : « À Belfort, un jeune homme agressé parce qu’il aurait fêté Noël et ne serait pas un ‘bon arabe’. Circonstance ‘aggravante’ : être fils de policiers. La justice a ouvert une enquête. Pas de place pour le séparatisme dans notre pays, pas de place pour le racisme d’où qu’il vienne ».

Copyright © 2021 L'islam de France