Suivez nous

Culture

La police Britannique traque l’extrême droite accusé de mener des campagnes islamophobe

Publié

le

Des groupes d’extrême droite au Royaume-Uni font l’objet d’enquêtes pour attiser la haine raciale, notamment islamophobe. Un groupe de surveillance de la police anti-terroriste a été mis en place pour cet objectif. C’est ce qu’a révélé le « Guardian » dans son édition en ligne.  

En effet, le Guardian a révélé que  la police antiterroriste enquête sur des groupes d’extrême droite accusés d’avoir tenté d’utiliser la crise du covid-19  pour attiser le sentiment antimusulman. En mars, le groupe de surveillance baptisé « Tell mama »  avait selon la même source enregistré des dizaines d’incidents émanant de groupes d’extrême droite qui auraient tenté de blâmer les musulmans britanniques pour la propagation du virus. De même, cette équipe  a dû réfuter de nombreuses affirmations faites sur les réseaux sociaux selon lesquelles les musulmans violaient le confinement  en continuant à fréquenter les mosquées.  De nombreux contenus ont circulé sur le net montrant soi-disant des musulmans entrains de violer le confinement, toutefois, elles ont toutes été rejetés et démenti par la police car elles ont été prise avant l’annonce du confinement.  Iman Atta, le responsable du groupe de surveillance , a déclaré: «ces extrémistes utilisent le coronavirus pour faire passer leur message omniprésent que les communautés musulmanes sont en quelque sorte à blâmer pour la propagation du virus » tout en expliquant : « ce sont principalement les récidivistes – des individus qui sont déjà connus pour avoir des opinions antimusulmanes – qui voient à plusieurs reprises cela comme un moyen de provoquer des troubles et des tensions dans la communauté. C’est à des moments comme celui-ci, quand il y a des pressions dans la société, que certaines personnes manipulent cela pour alimenter la haine et la division entre les communautés ».

Le média fait réagir David Jamieson, le commissaire de police des West Midlands, qui leur a déclaré «nous avons pris conscience que cela est utilisé comme une opportunité par des groupes de droite pour diriger le blâme sur certains groupes ethniques. Il ne faut pas beaucoup de temps pour que ces choses s’effondrent et que des tensions surgissent dans ces communautés. C’est quelque chose que nous surveillons de très près ».

Le groupe de défense Hope not Hate a déclaré lui aussi qu’il avait identifié une campagne de désinformation antimusulmane alléguant que les mosquées étaient toujours ouvertes au mépris des recommandations du gouvernement.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2020 L'islam de France