Suivez nous

Société

La création du CNI acté : Outre les dissensions, Tariq Oubrou pressenti à sa tête

Publié

le

En dépit de l’unanimité concernant la charte des principes de l’islam de France, le processus va bon train pour le CFCM qui a acté la création du conseil national des imams à l’issue d’une réunion tenue hier à la grande mosquée de Paris.

En effet, Libération rapporte que l’organisme a été créé après d’ultimes échanges à la GMP. L’organisme  qui sera «mis en place sous la forme d’une association de la loi 1905», se donne pour mission d’organiser la formation et la labellisation des imams. Il aura ainsi la charge de délivrer un agrément aux responsables du culte musulman en fonction de leurs connaissances et de leur engagement à respecter un code de déontologie.

Le CNI a bien failli ne jamais voir le jour. La raison est que les neuf fédérations de mosquées qui composent le CFCM, devaient d’abord s’accorder  sur une «charte des valeurs républicaines». Le document était une condition sine qua non à la création du CNI.  Toutefois, plusieurs critiques et retrait ont fusé de partout de la part d’imams  et théologiens, qui regrettent de ne pas avoir été consultés lors de la rédaction du texte. Mais le  CFCM mis  sous pression par l’exécutif a fini par adopter cette charte à la mi-janvier.

Tariq Oubrou pressenti à sa tête

Enregistrant  les mêmes dissensions que pour la charte, seulement cinq fédérations font partie des signataires pour la création du CNI. On y retrouve le Rassemblement des musulmans de France (RMF), l’Union des mosquées de France (UMF), les Musulmans de France (MF), la Fédération Française des Associations Islamiques d’Afrique, des Comores et des Antilles (FFAIACA) et la Grande Mosquée de Paris représentée par son recteur Chems-Eddine Hafiz.

L’association Foi et Pratique (ultra-rigoriste proche du Tabligh) et les deux organisations turques, le Millî Görüs et le Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF) n’ont pas signé l’adoption du CNI.

Le futur CNI bientôt élargi devrait donc comprendre «25 membres : les responsables des cinq fédérations du CFCM ayant signé la Charte des principes pour l’islam de France, dix imams désignés par ces fédérations et dix autres imams non affiliés», selon le président du CFCM Mohammed Moussaoui. D’ailleurs, ce dernier  a précisé que le CNI va s’ouvrir à des personnalités non affiliées au (CFCM).  Des personnalités telles que Tareq Oubrou, imam de Bordeaux, qui avait été très critique sur le projet, ou d’autres imams moins connus « seront approchés », a-t-il dit.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2021 L'islam de France