Suivez nous

Société

Israël force une famille palestinienne à démolir sa propre maison

Musulmans de France

Publié

le

Une famille palestinienne était contrainte de démolir sa propre maison pour ne pas avoir à payer les frais de démolition imposés par Israël.

Alla Borqan, le propriétaire de la maison dans le quartier arabe de Jabal Mukaber, à Jérusalem-Est, territoire occupé et annexé par Israël depuis 1967 a construit sa demeure sur une parcelle de terrain de 135 m2 qui lui a coûté près de 190.000 euros et nécessité quatre ans de travaux. Mais la mairie de Jurasalem lui a exigé le permis de construire.

En l’absence de ce fameux document, ils lui ont exigé de démolir sa propre maison au risque de se voir facturer par la mairie le coût de la destruction de sa maison.

« J’avais fait une demande auprès de la mairie pour obtenir un permis de construire, mais en vain. J’ai dépensé environ 75.000 shekels (près de 18.000 euros) en frais d’avocat et pour l’étude du sol », explique-t-il sur les colonnes de l’AFP et d’ajouter « Ils (les israéliens (ndlr) ne veulent pas que l’on reste ici à Jérusalem, Mais nous, on ne va pas bouger », insiste-il.

Pour sa part, le frère de Borqan, Oday Al Razem explique que « Mon frère l’avait construite il y a neuf ans. On l’a construite ensemble. Et on a reçu une amende. On a payé l’amende et tout s’est bien passé. On est partis à la municipalité et nous a donné un ordre de démolition et une amende »

En outre, ce père de famille qui a un travail journalier était contraint de louer un bulldozer pour démolir sa demeure.

Toujours- est- il que selon les données du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha), seuls 13% de Jérusalem-Est sont réservés à la construction palestinienne, dont une grande partie est déjà construite, tandis que 35% ont été alloués aux colonies juives, illégales au regard du droit international.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2020 L'islam de France