Suivez nous

Société

L’Autriche supprime sa carte de l’Islam, l’Allemagne pense à en lancer une

Publié

le

Après l’Autriche, l’Allemagne pense à la publication d’une carte de l’islam. Un membre éminent de la faction parlementaire du parti co-dirigeant démocrate-chrétien (CDU) a déclaré que l’Allemagne devrait également avoir une « carte de l’islam politique ».

S’adressant à l’hebdomadaire de droite Junge Freiheit, Hans-Juergen Irmer a déclaré : « La lutte contre l’islam politique est une tâche importante. Une telle carte devrait également être disponible en Allemagne ».

Irmer faisait référence à l’initiative controversée de la ministre autrichienne de l’Intégration Susanne Raab, qui a dévoilé la semaine dernière la « Carte nationale de l’Islam » avec les noms et emplacements de plus de 620 mosquées, associations et fonctionnaires et leurs liens possibles à l’étranger.

De nombreux musulmans se sentent stigmatisés et leur sécurité menacée par la publication d’adresses et d’autres détails dans un contexte d’islamophobie croissante en Autriche , notamment à la suite d’un attentat meurtrier à Vienne en novembre dernier.

Le chef du parti CDU a réitéré son soutien à la mesure antimusulmane du gouvernement autrichien. « L’Autriche tire les bonnes conclusions », a souligné Irmer. Il est juste et important d’ »acquérir des connaissances, par exemple, qui est assis où et quelles fonctions il a » Une telle carte viendrait compléter le paquet de mesures contre « l’islamisme politique » décidé il y a quelques semaines par notre groupe parlementaire, a-t-il ajouté.

Le document de position indique, entre autres, que le financement des mosquées de l’étranger doit être rendu plus transparent. En outre, la coopération de l’Etat avec les organisations de « l’islam politique » doit être interrompue, a-t-il ajouté.

Toutefois,  le quotidien Der Standard basé à Vienne a rapporté plus tôt dans la journée que la « carte de l’Islam » était temporairement hors ligne.  Une information confirmée par AA qui précise que  la carte numérique controversée a été retirée, en raison d’une vague de critiques qui a déferlé depuis divers cercles contre les autorités du pays.

Le correspondant de l’Agence Anadolu a confirmé le retrait de cette carte controversée, préparée sous la supervision d’Adnan Aslan, académicien au sein de l’Université de Vienne, et son équipe, à la demande du « Centre de documentation sur l’islam politique » fondé par le gouvernement du chancelier Sebastian Kurz.

Dans un communiqué sur le site Internet « www.islam-landkarte.at », où la carte a été publiée, Aslan a exprimé ses regrets face à la controverse politique suscitée par le projet, et à l’utilisation abusive de ce document par certains groupes d’extrême droite.