Suivez nous

Société

73 ans depuis la Nakba palestinienne

Publié

le

Aujourd’hui marque le 73e anniversaire de la Nakba (catastrophe en arabe) palestinienne, qui a entraîné le déplacement de milliers de Palestiniens loin de leurs maisons, errant entre les camps de souffrance et l’asile. Quittant leurs maisons et leurs propriétés le 15 mai 1948.

Le 15 mai de chaque année, les Palestiniens commémorent l’anniversaire de la catastrophe (Nakba) palestinienne qui s’est abattue sur eux en 1948, l’année de la création de l’état d’Israël avec le soutien de l’occupation britannique mettant en exécution l’accord de Belfort. L’accord est une lettre de Lord Belfort, de 1917, au nom du Royaume-Uni se déclarant en faveur de l’établissement en Palestine d’un projet national (présenté comme « un foyer national pour le peuple juif »).

Suite à la création d’Israël, plus de 700 000 Palestiniens ont été déplacés de force, de Jaffa, Haïfa, et autres villes palestiniennes, expulsés de leurs domiciles par les paramilitaires sionistes. 

L’avènement du 73e anniversaire de la Nakba palestinienne coïncide aujourd’hui, samedi, avec des transformations majeures qui ont remis la question palestinienne au devant de la scène internationale.

Les évènements que connait Gaza et la Palestine en général ne sont pas moins importants que le déclenchement de la première Intifada à la fin de 1987, qui représentait à l’époque l’événement le plus marquant au niveau national depuis l’occupation de la Cisjordanie et la bande de Gaza en 1967.

Depuis la fin du Ramadan 2021, les palestiniens du Qods ont été malmenés par l’occupation quand ils se sont opposés à la démolitions de maisons à Jérusalem-Est, des maison de musulmans afin de construire de nouveaux logements pour les israéliens. Ces affrontements dans la cours de la mosquée d’Al Aqsa a fait plus de 200 blessés coté Palestinien.

Rapidement la tension est montée et le Hamas a commencé à lancer des milliers de missiles sur des villes israéliennes, dont la capitale Tel-Aviv. La riposte a été instantanée et on déplore aujourd’hui des centaines de morts dont des bébés.