Suivez nous

Politique

Trump désigne un Marocain pour diriger « War speed » devant trouver un vaccin contre le covid-19

Publié

le

Aux États-Unis, comme ailleurs dans le monde, la course pour trouver un vaccin contre le Covid-19 se poursuit. Ainsi c’est, Moncef Slaoui, un musulman africain au long parcours qui a été choisi par le président américain, Donald Trump, comme directeur scientifique de l’opération « Warp Speed », devant coordonner et accélérer la recherche d’un vaccin au covid-19 à trouver avant la fin de l’année.

En effet, cet homme s’appelle Moncef Slaoui et est docteur en immunologie belgo-marocain. Il a été présenté par Donald Trump à la presse depuis la Maison-Blanche. L’objectif de la mission est clair: fournir 100 millions doses en novembre (date des présidentielles américaines), 200 millions en décembre et 300 millions d’ici janvier. Une mission ambitieuse, mais réaliste, selon le docteur Moncef Slaoui : « Monsieur le président, j’ai récemment vu les premiers résultats d’une étude clinique sur un vaccin. Grâce à ces données, je suis encore plus confiant dans le fait qu’on pourra délivrer quelques millions de doses de vaccins d’ici fin 2020 ».

Qui est Moncef Slaoui ?

Né en 1959 à Agadir (Maroc, à 600 km au sud de la capitale), Moncef Slaoui a eu son bac à en 1976 à l’âge de 17 ans a avant de s’envoler en Europe pour des études de médecine, précisément en France puis en Belgique. Il fait ses études à Bruxelles en immunologie et biologie moléculaire. Et réalise un post-doctorat dans plusieurs universités américaines.  D’abord enseignant en Belgique, il rejoint de grands groupes pharmaceutiques  tels que le Smithkline Rit (ancêtre de GSK bio, à Rixensart) où il développe des vaccins viraux et devient même numéro 2 de l’un d’eux.

En 2016, le magazine Fortune le classe parmi les 50 personnalités qui changent le monde. Moncef Slaoui a notamment participé au développement de vaccins contre la gastro-entérite infantile et le cancer du col de l’utérus.

Même s’il reconnait que sa tache est rude, l’ex numéro 2 du géant pharmaceutique GSK se dit optimiste pour réussir sa mission afin de trouver un « bon vaccin » car il assure qu’il n’aurait jamais accepté s’il n’était pas sûr de réussir.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2020 L'islam de France