Suivez nous

Politique

Rapport ; La couverture islamophobe des médias Britanniques lorsqu’il s’agit de terrorisme

Publié

le

Les médias britanniques se concentrent de manière disproportionnée sur l’islam lorsqu’ils traitent des sujets liés au terrorisme. Leurs couverture est incohérente et observent une disparité importante dans l’association de «terreur» entre les auteurs dits musulmans et non musulmans. C’est le constat dressé par Conseil musulman du Centre britannique de surveillance des médias (CfMM).

En effet, le dernier rapport intitulé « How the British Medias reports on terrorism » révèle que la couverture médiatique du terrorisme a toujours été incohérente. Il existe une disparité importante dans l’association de «terreur» entre les auteurs dits musulmans et non musulmans. En l’occurrence plus de la moitié des termes «terroriste», «terrorisme» ou «terreur» ont été utilisés avec les termes «islam» ou «musulman» – presque neuf fois plus que lorsque l’auteur de l’infraction était identifié aux termes «d’extrême droite», «néonazi» ou «suprémaciste blanc».

Le CfMM a analysé plus de 230 000 articles publiés dans 31 médias nationaux en ligne pour montrer les incohérences dans la couverture des attentats terroristes, en fonction des antécédents de l’auteur. Le rapport comprend également les commentaires des directeurs éditoriaux, des rédacteurs en chef, des rédacteurs en chef et des correspondants de sécurité qui ont participé à une table ronde du CfMM sur le «signalement du terrorisme».

L’auteur du rapport Faisal Hanif, ancien journaliste du Times, a déclaré: «les journaux et les sources en ligne sont motivés par un impératif commercial de produire constamment des appâts cliquables et d’utiliser des algorithmes et des mesures pour déterminer ce qui se vend, faisant du reportage du terrorisme une science plus qu’une science. Un art. Cela peut détourner la couverture des réalités particulières de cet acte unique ».

De son coté, Rizwana Hamid, directeur du CfMM, a déclaré qu’il y avait une «concentration disproportionnée» sur les musulmans et que les titres utilisant des termes tels que «Allahu Akbar» impliquaient que «la religion est toujours le facteur de motivation», mettant de ce fait les autres facteurs sur la touche.

Ainsi, le rapport fait ressortir une série d’éléments qu’on peut résumer comme suit :

*Il y a une incohérence dans la façon dont les attaques ont été signalées selon qui est l’auteur:

-Les mots identifiant les musulmans ou l’islam sont plus fréquemment placés à côté de «terreur», «terroriste», «terrorisme» ou «terroriste (s)» par rapport aux identifiants les plus fréquents du terrorisme «d’extrême droite» ou «suprémaciste blanc».

-Entre 2015 et 2019, plus de la moitié des termes «terroriste», «terrorisme» ou «terreur» ont été utilisés avec les termes «islam» ou «musulman».  C’est presque neuf fois plus qu’avec les termes «extrême droite», «néonazi» ou «suprémaciste blanc».

-Au cours de la période d’octobre à décembre 2018, au moins un article en ligne sur quatre mentionnant un ou plusieurs identifiants de musulmans et / ou d’islam relevait du thème du terrorisme ou de l’extrémisme.

-Alors qu’il y a eu plus de deux fois plus de renvois pour des «extrémistes islamistes» que pour des «extrémistes d’extrême droite» au programme de lutte contre le terrorisme du gouvernement entre 2017/2018 , la couverture médiatique en ligne a fait référence de manière disproportionnée à la terreur «islamiste» six fois plus fréquemment.

-La comparaison statistique des attaques terroristes des 18 derniers mois montre une réticence à qualifier les attaques de la suprématie blanche d ‘«attaques terroristes» par rapport à leurs homologues dits musulmans (en particulier dans la presse écrite de droite).

-Les présentateurs et journalistes grand public des chaînes terrestres ont souvent échoué à contester la rhétorique pro-blanche et anti-musulmane pendant la couverture des attaques de Christchurch.

-Les sites d’information en ligne, en particulier Mail Online, se sont approprié l’expression «Allahu Akbar» dans les manchettes comme un raccourci pour le terrorisme  commis par des individus d’origine musulmane.

*Des améliorations significatives ont été apportées au cours de l’année écoulée, avec une plus grande reconnaissance de la terreur suprémaciste blanche, principalement à la suite d’attaques majeures à Christchurch et El Paso:

-Les termes «terroriste», «terrorisme» ou «terreur» en 2019 n’étaient accompagnés de «islam» ou «musulman» que deux fois plus souvent que «d’extrême droite», «néonazi» ou «suprémaciste blanc».

-La BBC, ITV et Sky ont tous exploré la question du terrorisme «suprémaciste blanc» avec beaucoup plus de rigueur dans leurs reportages en direct avec quelques exemples récents remarquables.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2020 L'islam de France