Suivez nous

Politique

L’Armée sud-africaine autorise le port du hidjab pour les musulmanes

Publié

le

Les femmes musulmanes de l’armée sud-africaine ont été autorisées à porter le hijab , ou le foulard, lorsqu’elles étaient en service, a confirmé jeudi un porte-parole après qu’un courageux officier ait défié l’armée devant le tribunal pour l’égalité du pays.

Plus tôt cette semaine, la Force de défense sud-africaine (SANDF) a accepté de modifier sa politique, permettant selon Aljazeera  à toutes les femmes musulmanes qui choisissent de se couvrir la tête pendant qu’elles sont en service de le faire sans répercussions.

L’année dernière, en janvier, un tribunal militaire a abandonné les poursuites contre le major Fatima Isaacs, un officier qui avait été inculpé pour avoir porté un hijab sous son béret militaire.

Le major Fatima Isaacs avait été inculpé en juin 2018 de mépris volontaire et de non-respect des instructions légales après que son supérieur lui ait demandé de retirer son foulard en uniforme.

Un tribunal militaire du château de Good Hope, près du Cap, a retiré toutes les charges en janvier 2020, faisant une exception pour qu’Isaacs porte une enveloppe noire serrée sur sa tête en service tant qu’elle ne couvre pas ses oreilles.

Mais l’armée n’a pas modifié sa politique vestimentaire, ce qui a incité Isaacs à contester devant le tribunal de l’égalité sud-africain des réglementations limitant le port religieux.

La Force de défense sud-africaine (SANDF) a finalement accepté de modifier sa politique cette semaine et d’autoriser toutes les femmes musulmanes à se couvrir la tête pendant leur service.

« Le règlement vestimentaire SANDF a été mis à jour pour permettre le port du foulard par les (femmes) musulmanes selon les stipulations du règlement vestimentaire », a déclaré jeudi le porte-parole Mafi Mgobozi à l’agence de presse AFP.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2021 L'islam de France