Société

Nusrat ghani, ancienne ministre britannique, licenciée à cause de sa foi musulmane

Publié

le

L’ancienne ministre d’État aux Transports en Grande-Bretagne, l’actuelle députée conservatrice au parlement du pays, Nusrat Ghani, a déclaré qu’elle avait été démise de son poste ministériel en 2020 en raison de sa foi musulmane.

Dans une interview au journal « Sunday Times » publiée samedi, Ghani, une parlementaire pakistanaise de 49 ans ; qui a été évincée du poste de ministre d’Etat aux Transports ; dans le gouvernement conservateur dirigé par le Premier ministre Boris Johnson ; en a fait un point de faire une déclaration sur la question.

En effet, il est clair lors d’un remaniement ministériel partiel en février 2020 qu’elle était à blâmer : On lui a dit lors d’une réunion à Downing Street que sa « religion islamique a été soulevée comme un problème ».

« Sa réalité en tant que ministre musulman a mis ses collègues mal à l’aise », a déclaré le responsable.

La députée britannique a par ailleurs, commenté cela en disant : « C’était comme recevoir un coup de poing dans l’estomac. Je me sentais humilié et faible. »

Elle a dit qu’elle s’est tue à cause de ces avertissements selon lesquels elle risquerait d’être renvoyée par ses collègues ; si elle continuait à soulever la question, ce qui porterait un coup à sa carrière et à sa réputation.

Il n’y a pas eu de réaction immédiate du bureau de Johnson à ses commentaires, mais le chef du gouvernement pour la discipline de parti, Mark Spencer, a déclaré qu’il était la personne visée dans les commentaires de Nusrat Ghani.

Spencer a déclaré sur Twitter : « Ces allégations sont complètement fausses et je les considère comme de la diffamation. Je n’ai jamais utilisé les mots qui m’étaient attribués.

Ne ratez plus nos articles !

Abonnez-vous à notre Newsletter mensuelle.

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.