Société

Le Fiqh du jeûne dans l’islam

Publié

le

Le mois béni de Ramadan approche à grands pas. Nous vous présentant ici les règles de base du jeûne (le Fiqh du jeûne) ! Cela inclut : la définition du jeûne, qui doit jeûner pendant le Ramadan, qui est exempté du jeûne, ce qui rompt notre jeûne et ce qui ne rompt pas!

Quelle est la définition du jeûne en Islam ?


Le jeûne consiste à « s’abstenir de manger, de boire et de s’abstenir de relations conjugales de l’aube au coucher du soleil, avec l’intention de se rapprocher d’Allah », selon Shaykh Haroon Hanif.

La définition ci-dessus fait référence à une « intention de se rapprocher d’Allah », ce qui distingue un jeûne religieux d’un simple régime ou de la pratique d’un jeûne intermittent. Mais que signifie précisément vouloir quelque chose ?

Une intention (Nia) est : la détermination que vous ressentez dans votre cœur à faire quelque chose. Votre intention n’a pas besoin d’être exprimée verbalement, bien que cela est souvent fait par les musulmans dans son cœur. L’intention est la base de tout action dans l’islam.

L’intention de jeûner doit être formulée séparément pour chaque jour de Ramadan selon les Hanafites, Hanbalite et Chafite, une seule fois à la veuille du Ramadan pour les Malikites. Vous pouvez faire l’intention à tout moment depuis la prière maghrébine de la nuit précédente jusqu’avant le « midi islamique ».

Qui doit jeûner pendant le Ramadan ?


Tous les musulmans adultes sains d’esprit sont tenus de jeûner pendant le Ramadan. Du point de vue islamique, un adulte est défini comme suit :

On devient un adulte une fois qu’on entre dans la puberté.
Un enfant de sexe masculin devient un adulte lorsqu’il fait un rêve humide ou une éjaculation, ou quand il commence à avoir de la barbe, sinon à ses 18 ans.
Une enfant de sexe féminin devient adulte lorsqu’elle fait un rêve humide ou qu’elle a ses premières menstruations, sinon à ses 18 ans.


Qui est exempté du jeûne pendant le Ramadan ?

Selon le fiqh du jeûne, les musulmans suivants sont exemptés du jeûne du Ramadan.

Une personne malade :

Quelqu’un qui est malade au point d’affecter gravement sa santé s’il jeûnait. Ceci est déterminé par des signes manifestes clairs, le jugement d’un médecin musulman pratiquant ou par une expérience antérieure.

Un voyageur:

Dans le Fiqh du jeûne, un voyageur est défini comme une personne qui a l’intention de se rendre dans un lieu situé à plus de 83 kilomètre. Il doit également avoir l’intention d’y séjourner moins de 3 jours, faute de quoi il serait considéré comme résident. Il faut noter qu’un voyageur n’est dispensé du jeûne du Ramadan que s’il commence son voyage avant l’heure du Fajr. Si une personne commence à jeûner un jour de Ramadan puis voyage, elle est obligée de terminer son jeûne.

Une personne âgée fragile :

Il s’agit d’une personne qui ne peut pas jeûner en raison d’une maladie ou d’un effet néfaste sur sa santé, comme mentionné ci-dessus. Une personne malade serait normalement en mesure de rattraper les jeûnes manqués à une date ultérieure, alors qu’une personne âgée ne serait souvent pas en mesure de le faire en raison de la faiblesse qui peut survenir à mesure que nous avançons en âge. Ils devraient donc donner une Fidyah pour tous les jeûnes manqués. Cela reviendrait à environ 5 € par jeûne manqué.

Une femme enceinte ou allaitante :

La décision par défaut sur les femmes enceintes est qu’elles sont obligées de jeûner pendant le Ramadan. Cependant, s’il existe un danger pour la santé de la mère ou de l’enfant à naître, ils sont bien sûr exemptés du jeûne. Le danger du jeûne peut être déterminé par un médecin, des signes manifestes ou par une expérience antérieure.

Lorsqu’un enfant est exclusivement allaité, la mère est exemptée du jeûne. Sinon, la mère serait encouragée à jeûner autant que possible tant que cela n’affecte pas le lait qu’elle va donner à son enfant. Par exemple, elle jeûnerait une journée, puis pourrait devoir manquer une journée si elle sentait que son lait allait se tarir. Encore une fois, ce jugement de jeûner ou non serait déterminé par des signes manifestes et des expériences antérieures.

Une femme qui a des menstruations ou des saignements post-natals :

Il est interdit de jeûner pendant les règles.

Si les règles d’une femme commencent pendant le Ramadan pendant la nuit (c’est-à-dire à tout moment entre le début de la prière du Maghreb et le début de la prière du Fajr), il lui est interdit de jeûner le lendemain. Elle doit continuer à ne pas jeûner tant qu’elle a ses règles.
Si une femme commence ses règles pendant la journée, son jeûne ce jour-là sera annulé. Elle doit rattraper ce jeûne à une date ultérieure. Encore une fois, elle doit continuer à ne pas jeûner tant qu’elle a ses règles.


Si les règles d’une femme se terminent la nuit (c’est-à-dire du début de Maghrib jusqu’au début de Fajr), elle doit faire les grandes ablutions, et elle est obligée de jeûner le lendemain.


Si les règles d’une femme se terminent pendant la journée, elle doit faire le ghusl (un bain rituel) et, pour le reste de la journée, elle doit agir comme une personne à jeun jusqu’au Maghreb (c’est-à-dire ne pas manger ni boire par étiquette absolue pendant le mois magnifique du ramadan). Cependant, cela ne compte pas comme un jeûne normal pour elle. Elle devrait encore rattraper le jeûne de ce jour-là, ainsi que le reste des jours où elle avait ses règles.


Enfin, notons également que les mêmes règles s’appliquent aux femmes qui ont accouché et qui subissent des saignements postnatals. Ce saignement post-natal peut durer jusqu’à 40 jours et il est interdit à la femme de jeûner pendant cette période. S’il dépassait les quarante jours, cela signifierait qu’il s’est produit quelque chose d’inhabituel et qu’elle serait obligée de jeûner, sauf à prouver qu’il est préjudiciable à sa santé. Dans ce cas, elle serait exemptée du jeûne, car elle serait une personne malade.

Qu’est-ce qui interrompt votre jeûne et que devons-nous faire si notre jeûne s’interrompt ?


Il existe deux types de jeûnes rompus et deux manières de « rattraper » ces jeûnes :

1/ Rattrapage du jeûne manqué et Kaffarah (expiation)

Un rattrapage et une Kaffarah seraient requis si l’un des jours de jeûnes du mois de Ramadan est rompu sans aucune raison valable.

La Kaffarah requise serait de jeûner pendant soixante jours consécutifs (pour chaque jour non jeûné) et, si c’est trop difficile, de nourrir soixante pauvres.

2/ Qada (rattraper le jeûne manqué)

Cela serait nécessaire si vous :

  • Rompre accidentellement le jeûne : cela se produirait si vous saviez que vous jeûniez mais que vous le rompiez accidentellement (Ce n’est pas le cas pour les Malikites).
  • Manger le repas avant l’aube (Sohour) sans savoir que Fajr avait déjà commencé, ou a mangé le repas du soir (Iftar) sans savoir que le soleil ne s’était pas encore couché.
  • Vous avez consommé tout ce qui n’est pas de la nourriture, c’est-à-dire que vous avez accidentellement avalé quelque chose de non comestible.
  • Ravaler une partie de son vomis involontairement.

En générale tout action non préméditée de rompre le jeûne.

Qu’est-ce qui ne rompt pas votre jeûne pendant le Ramadan ?

  • Rompre le jeûne par oubli (selon Malik)
  • Manger quoi que ce soit entre les dents de moins de la taille d’un pois chiche
  • Vomissements involontaires ou vomissements provoqués moins d’une bouchée (si le vomis n’est pas ravalé)
  • Avoir un rêve humide
  • Retarder l’exécution du bain rituel
  • Inhaler des particules inévitables dans l’air
  • Saignement
  • Injection dans le corps (non nourrissante)
  • Mettre des goutes dans le nez ou dans les oreilles


Qu’est-ce qui est détesté (makrouh) pour une personne qui jeûne?

  • Goûter ou mâcher quelque chose, y compris du dentifrice
  • Embrasser ou avoir des contacts sexuels avec leur conjoint s’il y a une peur du désir
  • Etre désagréable, se battre, dire de gros mots

Que recommande-t-on de faire pendant le jeûne ?

  • Mangez le repas avant l’aube (Sohour) car il vous donne la force pour le jeûne
  • Rompre le jeûne immédiatement avec un nombre impair de dattes, quelque chose de sucré ou de l’eau


Qu’est-ce qu’il est bon de faire pendant le jeûne ?

  • Lire le Coran
  • Donner de l’aumône (Sadaka)
  • Inviter une personne a rompre le jeûne
  • Utilisation du stick dentaire (Siwak) à tout moment de la journée
  • Rinçage de la bouche et du nez
  • Prendre une douche
  • Appliquer un parfum

Ne ratez plus nos articles !

Abonnez-vous à notre Newsletter mensuelle.

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.