Suivez nous

Théologie

Halal et Casher – Quelles différences ?

Publié

le

Lorsqu’on parle de la licéité d’une chose, les termes « halal » et « casher » sont des termes bien connus qui sont couramment utilisés pour discerner entre deux lois alimentaires différentes. 

Défiintion

Chaque terme est fermement enraciné dans sa tradition religieuse monothéiste respective. « Halal » est utilisé par la communauté musulmane et est un mot arabe qui désigne ce qui est « licite » ou « permis », tandis que « Casher » est utilisé par les juifs et est dérivé du mot hébreu « Kasher » qui signifie « adapté » ou « propre » Dans les deux traditions religieuses, les animaux sont rituellement préparés et abattus d’une manière spécifique afin que leur consommation soit considérée comme autorisée. 


Les traditions religieuses diffèrent sur divers sujets. Par exemple, les musulmans sont autorisés à consommer des animaux aquatiques, mais pour que cela soit considéré comme «casher», les animaux aquatiques doivent avoir des nageoires et des écailles. De plus, les produits laitiers et la viande sont à la fois halal et casher s’ils respectent les lois alimentaires, mais leur combinaison n’est pas autorisée dans les lois casher. 

Abattage islamique

La méthode d’abattage islamique est la suivante : 

  1. L’abatteur doit être musulman, juif ou chrétien.
  2. Utiliser une lame tranchante.
  3. Si il est musulman, il est recommandé que l’animal soit en direction de la Mecque.
  4. L’animal doit être vivant.
  5. La tasmiyyah (sacrifice au nom d’Allah) doit être mentionnée pour les musulmans.
  6. Couper au moins 3 des 4 ventricules (trachée, œsophage et 1 des deux veines jugulaires) pour permettre au sang de circuler.
  7. L’abattage de l’animal sur la nuque est interdit.
  8. Si l’abatteur est juif ou chrétien, toutes les conditions s’applique, sauf la tasmiyyah

Abattage juif

La méthode d’abattage juive est la suivante : 

  1. Il ne devrait y avoir aucune interruption de l’incision (Shehiya).
  2. Il ne devrait y avoir aucune pression du chalaf contre le cou (Dérasa), cela exclurait l’utilisation d’une hache, d’une hachette ou d’une guillotine.
  3. Le chalaf ne doit pas être recouvert de peau de bovin, de laine de mouton ou de plumes d’oiseaux (Chalada), et donc le chalaf doit être d’une longueur adéquate.
  4. La bénédiction au nom de Dieu (b’rachah) doit être prononcée.
  5. L’incision doit être au site approprié pour sectionner les structures principales etvaisseaux au cou (Hagrama).
  6. Il ne doit y avoir aucune déchirure des vaisseaux avant ou pendant le processus de shechita (Ikkur).


À partir de là, nous pouvons voir que la méthode d’abattage juive a une ressemblance frappante avec la méthode d’abattage islamique. Par conséquent, la viande casher est halal, mais le contraire n’est pas vrai.

Les juifs et les musulmans sont les principaux groupes religieux qui disposent d’un organisme de certification tiers. Etant donné que les Juifs sont des gens du Livre, les organismes de certification juifs sont-ils autorisés à certifier la viande Halal ?

Tant que la loi juive est respectée, que ce soit par un juif ou un chrétien, la viande sera considérée comme halal

Les musulmans sont-ils autorisés à manger des aliments certifiés casher ? 

Les Juifs sont considérés comme des «gens du Livre» et la méthode d’abattage juive orthodoxe est très similaire à celle de la méthode islamique, avec de légères différences dans la méthodologie. Cependant, si les organismes de certification casher adhèrent strictement aux normes juives orthodoxes, la viande est réputée halal et propre à la consommation.

Allah dit dans le Coran: « Aujourd’hui [tous] les bons aliments ont été rendus licites, et la nourriture de ceux à qui l’Écriture a été donnée vous est licite et votre nourriture leur est licite » Sourate Maidah [S: 5/ V:22].

Ne ratez plus nos articles !

Abonnez-vous à notre Newsletter mensuelle.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.