Suivez nous

Politique

Eric Zemmour interdirait aux musulmans de France de nommer leurs enfants « Muhammad »

Publié

le

L’écrivain français de droite, Eric Zemmour, a déclaré qu’il interdirait aux musulmans de France de donner à leurs enfants le prénom « Muhammad« , s’il briguerait le poste de président de la République.

Cela est intervenu lors d’une interview qu’il a donnée, samedi soir, sur France 2 ; pour évoquer ses ambitions politiques, et au vu des nombreuses attentes quant à sa volonté d’annoncer ; officiellement sa candidature à l’élection présidentielle française prévue en avril 2022.

Zemmour a déclaré ainsi que l’une des mesures qu’il prendrait s’il était élu président de la France ; serait de fixer des règles pour les prénoms donnés aux enfants musulmans.

Il a ajouté également  » « On peut demander aux musulmans de limiter leur religion à la foi et à la pratique et de ne pas appliquer leur code juridico-politique, ce qu’ils font généralement dans tous les endroits où ils sont majoritaires. C’est exactement comme la Révolution française et Napoléon ont fait avec les juifs. »

Il a ajouté dans ce cadre ; « Je rétablirai la loi de 1803 ; (le code civil de la République française avant qu’il ne soit amendé) ; qui interdit à tout Français de nommer son fils Muhammad.

Zemmour : un éventuel candidat aux présidentielles

Eric Zemmour est un écrivain et polémiste controversé ; connu pour ses opinions et ses récits anti-musulmans et anti-immigrés.

En effet, Eric Zemmour suscite toujours la polémique à travers ses écrits ou déclarations lors de ses apparitions dans les médias. Il est également connu pour ses discours hostiles qu’il publie à travers ses romans ; dont le dernier en date est « Le suicide français », un roman illustrant « le contrôle musulman de la France à travers les immigrés et les trafiquants de drogue dans les banlieues des grandes villes françaises » .

Bien que Zemmour n’ait pas encore officiellement annoncé sa candidature à ces élections ; de nombreux partis politiques, notamment ceux affiliés à l’extrême droite ; et la droite française représentée par le parti des « Républicains », ont pris en effet cette éventualité au sérieux.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *