Suivez nous

Société

Des musulmans polonais enterrent un Syrien qui s’est noyé près de la frontière biélorusse

Publié

le

Le corps d’Ahmad al-Hasan a été retrouvé dans la rivière Bug, dans l’est de la Pologne prés de la frontière biélorusse, après s’être noyé alors qu’il tentait de traverser la Biélorussie.

Il s’appelait Ahmad al-Hasan et avait 19 ans. Il souhaitait poursuivre ses études, qu’il avait commencées dans un camp de réfugiés syriens en Jordanie. Mais ses rêves ne se réaliseront jamais.

Le 19 octobre, son corps a été retrouvé dans le fleuve Bug, dans l’est de la Pologne, près de la frontière biélorusse. Selon son compagnon qui a survécu, al-Hasan a été poussé à entrer dans l’eau par un garde biélorusse. Il ne savait pas nager.

Lundi soir, il a été enterré dans une tombe d’un cimetière musulman de Bohoniki, à quelques kilomètres de la frontière biélorusse, alors que les membres de sa famille en Jordanie et en Turquie regardaient la cérémonie par liaison vidéo.

Récitant des prières, la voix de l’imam Aleksander Bazarewicz résonnait loin dans les bois sombres et sombres. Des dizaines ont entouré la tombe pour lui rendre un dernier hommage.

« Ce n’est pas la fin. La mort n’est pas une tragédie, cela signifie seulement que Dieu a une meilleure place pour lui. Il est mort d’une mort tragique, il s’est noyé, il a donc le statut de shahid, de martyr », a déclaré l’imam, avant de mettre une branche de pin sur la tombe. Les militants ont également laissé une lampe rouge à côté de la tombe, le même type de lumière qu’ils utilisent en pataugeant dans les forêts à la recherche de personnes dans le besoin.

La crise des migrants à la frontière biélorusse

Au moins 11 personnes seraient décédées à la frontière polono-biélorusse ces dernières semaines. La crise a commencé en août dernier et depuis lors, des milliers de réfugiés ont tenté d’entrer sur le territoire polonais, frontière orientale de l’Union européenne.

Par ailleurs, la communauté internationale a tenu la Biélorussie pour responsable de la détérioration de la situation ; affirmant que Minsk tentait de déstabiliser l’Europe.

Plus tôt cette année, la Biélorussie a en effet supprimé les visas pour les citoyens d’un certain nombre d’États ; du Moyen-Orient et d’Afrique et a ouvert de nombreuses agences de tourisme offrant un moyen facile et bon marché de se rendre en Europe.

Les critiques ont déclaré que cette décision pourrait aussi être un acte de vengeance contre la Pologne ; qui a soutenu les manifestations de l’année dernière contre le président Alexandre Loukachenko.

Alors que de nombreuses agences de tourisme ont été contraintes de fermer et que des pays comme la Turquie refusent désormais de laisser des citoyens irakiens, yéménites et syriens monter à bord d’avions à destination de la Biélorussie, le chaos est loin d’être terminé.

Les autorités polonaises ont délimité à cet effet, une zone d’urgence à la frontière avec la Biélorussie ; à laquelle personne, y compris les journalistes et les ONG, n’est autorisé à entrer.

En conséquence, les centaines de réfugiés qui parviennent à entrer en Pologne se retrouvent bloqués ; dans les bois sans accès à l’aide humanitaire, à la nourriture et à l’eau.

Les musulmans de Pologne

Aussi, pour les musulmans locaux de Bohoniki, la crise à la frontière est un test. Les Tatars vivent à la frontière polono-biélorusse depuis des siècles. Ils ont été invités sur le territoire dans la seconde moitié du XVIIe siècle par Jean III Sobieski ; roi de Pologne et grand-duc de Lituanie, pour aider son armée à défendre le royaume.

Depuis, Bohoniki et Kruszyniany, deux villages proches de la frontière biélorusse, sont le centre de l’islam en Pologne. Les Tatars ont loyalement servi le roi et les gouvernements consécutifs ; et se sont battus pour la Pologne lors des guerres du XXe siècle.

En 1919, ils organisèrent leur propre régiment, combattant aux côtés de l’armée polonaise et arborant ; fièrement un croissant musulman sur leurs uniformes.

Alors que le pays compte des chrétiens orthodoxes, des musulmans et des Tatars, Jarosław Kaczynski ; chef du parti au pouvoir en Pologne avait déclaré que la Pologne était pour les Polonais et les catholiques. 

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *