Science

Ahmed Deedat [biographie]

Publié

le

Dans le monde musulman et dans de nombreuses régions du globe, l’Afrique du Sud est connue non seulement pour Nelson Mandela, mais aussi pour l’érudit musulman Cheikh Ahmed Deedat, célèbre pour ses débats publics interreligieux passionnés et pleins d’esprit. Le fougueux autodidacte sud-africain était un champion du débat interreligieux.

Ahmed Deedat

Date de naissance : 1er Juillet 1918

Décédé À L’âge : 87 ans

Également Connu Sous Le Nom De : Ahmed Hoosen Deedat

Pays De Naissance : Inde

Né À: Surat

Célèbre En Tant Que : Écrivain

Famille:

Epouse : Hawa Deedat

Père : Hussien Kazem Deedat

Mère : Fatma Deedat

Frères Et Sœurs : Abdullah Deedat

Enfants : Yousuf Deedat

Décédé Le : 8 Août 2005

Lieu De Décès : Verulam, Afrique Du Sud

Qui était Ahmed Deedat ?

Ahmed Hoosen Deedat, également connu sous le nom d’Ahmed Deedat et de Cheikh Ahmed Deedat était un érudit musulman charismatique et autodidacte d’Afrique du Sud, le plus célèbre pour avoir engagé des évangélistes chrétiens dans le débat public. En 1986, il a débattu avec Jimmy Swaggart et a même défié le pape Jean-Paul II à un débat sur la place du Vatican. Il est qualifié par beaucoup de « Lion de la scène ».

Ahmed Deedat

Enfance d’Ahmed Deedat

L’érudit musulman de renommée mondiale de la religion comparée, est né dans le district de Surat en Inde en 1918. Ahmed Hoosen Deedat n’avait aucun souvenir de son père jusqu’en 1926. Son père, tailleur de profession, avait émigré en Afrique du Sud peu de temps après la naissance d’Ahmed Deedat.

Sans éducation formelle et luttant contre les affres extrêmes de la pauvreté, il est allé en Afrique du Sud en 1927 pour être avec son père. Ses adieux à sa mère en Inde en 1927 furent la dernière fois qu’il la vit en vie car elle décéda quelques mois plus tard.

Dans un pays étranger, un garçon de neuf ans sans instruction formelle et sans maîtrise de la langue anglaise a commencé à se préparer au rôle qu’il devait jouer des décennies plus tard sans s’en rendre compte.

S’appliquant avec diligence à ses études, le petit garçon a non seulement réussi à surmonter la barrière de la langue mais a également excellé à l’école. Sa passion avide pour la lecture l’a aidé à obtenir des promotions jusqu’à ce qu’il termine la sixième norme. Le manque de moyens financiers interrompit ses études et, à l’âge de seize ans environ, il accepta son premier emploi dans le commerce de détail.

A la découverte du christianisme

Le plus important d’entre eux était en 1936, où il travaillait dans un magasin appartenant à des musulmans près d’un séminaire chrétien sur la côte sud du Natal. Les insultes incessantes des missionnaires stagiaires lancées contre l’islam lors de leurs brèves visites au magasin ont insufflé une flamme tenace de désir chez le jeune homme pour contrer leur fausse propagande.

Comme le destin l’a voulu, Ahmed Deedat a découvert par pur hasard un livre intitulé Izharul-Haq, signifiant « La vérité révélée ». Ce livre a enregistré les techniques et l’énorme succès des efforts des musulmans en Inde pour renverser la situation contre le harcèlement des missionnaires chrétiens pendant la subjugation britannique et la domination de l’Inde. En particulier, l’idée d’organiser des débats a profondément marqué Ahmed Deedat.

Pour mieux comprendre la Bible et sa comparaison avec le Coran et l’Islam, il a assisté à des sessions dirigées par un certain M. Fairfax, qui s’était converti à l’Islam. Fairfax a organisé des cours approfondis sur la façon de convaincre les chrétiens de l’islam.

Armé de ce zèle nouvellement trouvé, Ahmed Deedat a acheté sa première Bible et a commencé à tenir des débats et des discussions avec les missionnaires stagiaires. Lorsqu’ils ont battu en retraite devant ses contre-arguments incisifs, il a personnellement fait appel à leurs professeurs et même aux prêtres des environs.

Ces succès ont poussé Ahmed Deedat vers la Da’wah. Même son mariage, la naissance d’enfants et un séjour de trois ans au Pakistan de 1949 à 1952, après son indépendance n’ont pas refroidi son enthousiasme ou émoussé son désir de défendre l’Islam contre les distorsions trompeuses des missionnaires chrétiens.

Ahmed Deedat : une vie missionnaire

L’année 1942 a vu sa première conférence, « Muhammad : Messager de la paix », à laquelle ont assisté 15 personnes au cinéma Avalon, à Durban, en Afrique du Sud.

Une visite guidée de la mosquée Jumma à Durban était une composante vitale de son activité missionnaire. Comme Durban était une ville visitée par des millions de touristes, y compris des voyageurs internationaux, il a profité de l’occasion pour leur présenter l’islam et expliquer sa pertinence par rapport au christianisme.

Avec un zèle missionnaire pour projeter la vérité et la beauté de l’Islam, Ahmed Deedat s’est immergé dans une multitude d’activités au cours des trois décennies suivantes. Il a dirigé des cours d’études bibliques et a donné de nombreuses conférences. Il a créé l’As-Salaam, un institut pour former les propagateurs de l’Islam. Avec sa famille, il a érigé presque à lui seul les bâtiments, y compris le masjid, qui est toujours un point de repère aujourd’hui.

Il a été membre fondateur du Centre international de propagation islamique (IPCI), à Durban, et en est devenu le président. Ahmed Deedat a écrit et publié plusieurs livres et distribué des millions d’exemplaires gratuitement. Il a donné des milliers de conférences dans le monde entier et a engagé avec succès d’éminents évangélistes chrétiens dans des débats publics. Plusieurs milliers de personnes sont entrées dans le giron de l’Islam à la suite de ces efforts.

Au début des années 80, il a commencé à acquérir une renommée internationale et a connu un sommet sans précédent lorsqu’il a reçu le «Prix du roi Fayçal» de la «Fondation du roi Fayçal» en Arabie saoudite en 1986. Cet honneur était une reconnaissance pour ses services à la propagation de l’Islam.

Après 1985, pendant plus d’une décennie, il a dirigé diverses conférences et sessions dans plusieurs pays notamment en Arabie saoudite, en Égypte, au Royaume-Uni, au Pakistan, aux Émirats arabes unis aux îles Maldives, aux États-Unis d’Amérique, Suède, Danemark, Canada et Australie.

Orateur émouvant

Deedat est considéré par beaucoup plus comme un érudit de la Bible que du Coran.

Dans, ses livres tels que Crucifixion ou Cruci-Fiction ? et What the Bible Says About Muhammed ; il a contesté les croyances chrétiennes et proposé des interprétations alternatives de la Bible.

Dans l’une de ses conférences, Deedat a indiqué : « [Les chrétiens] nous forcent en fait à lire le Coran. Sans ces gens, nous continuons à réciter sans savoir ce que nous récitons. Ils nous réveillent maintenant.

Selon Abdulkader Tayob de l’Université du Cap, le travail de Deedat représentait une nouvelle façon de da’wah, ou prêcher l’Islam. C’était « très différent du passé, et certainement plus proche des groupes chrétiens », a déclaré Tayob. « Ce n’est ni bon ni mauvais, mais cela mérite réflexion ».

Tayob a également exprimé son admiration pour la façon dont le travail de Deedat a donné un sentiment de fierté aux musulmans « non blancs » en Afrique du Sud à l’époque de l’apartheid.

En effet, la renommée internationale de Deedat indique qu’il a eu un effet similaire sur les musulmans du monde entier.

Un style spécial

Mais la candeur de Deedat et son style de débat enflammé ont également suscité la controverse.

En France, la vente et la distribution des écrits de Deedat ont été interdites en 1994 ; pour ce qui a été décrit comme un ton violemment anti-occidental. En Australie, où Deedat a fait une tournée peu de temps avant son AVC, Franca Arena ; membre du conseil législatif de la Nouvelle-Galles du Sud ; a prononcé un discours, dans lequel elle a affirmé que lors de sa tournée, Deedat « s’était livrée à des dénigrements de la Bible et incité à la haine raciale ».

Toutefois, son fils le compare à Mandela pour sa ferme croyance en un dialogue ouvert et sincère. En effet, Deedat a proclamé que le Coran exhorte les musulmans à « inviter les gens aux voies du Seigneur avec la sagesse, l’épée de l’intellect… et avec une belle prédication ; et raisonnez avec [les cyniques] de la meilleure manière et la plus gracieuse. C’est l’épée.

Ouvrages et livres d’Ahmed Deedat

Alors que Cheikh Deedat était surtout connu pour son style de débat vif et passionné, il était aussi un écrivain prolifique. Il a publié plus de 20 livres et écrit des brochures, dont des millions d’exemplaires ; ont été distribués à travers le monde.

Beaucoup de ses publications ont été traduites dans d’autres langues. En 1986, l’Arabie saoudite a décerné à Deedat le prix King Faisal pour ses services à l’islam.

Ces œuvres impressionnantes ont fait d’Ahmed Deedat une figure célèbre dans le monde musulman.

Il a également publié plus d’une douzaine de brochures sur divers thèmes islamiques.

Il a reçu aussi, un parrainage pour la publication d’une version assemblée de ses quatre brochures après avoir remporté le « Prix du roi Fayçal ». En avril 1993, dix mille exemplaires de son livre « Le choix : Islam et christianisme » sont sortis. Ce livre a été distribué gratuitement dans divers centres islamiques en Amérique du Nord. Le livre était très recherché et plusieurs maisons d’édition ont imprimé des exemplaires supplémentaires. En 1995, les tirages et réimpressions s’élevaient à 250 000 au Moyen-Orient.

‘The Choice: Volume 2’, une version de poche, est sorti plus tard, qui comprenait six autres de ses livrets.

Deedat a promu l’imprimé sud-africain du « Saint Coran : texte, traduction et commentaire » d’Abdullah Yusuf Ali au point qu’il l’a même mentionné dans ses discours.

Sa publication de 1987 « De l’hindouisme à l’islam » était une critique de la foi et des rituels hindous.

En 1989, il a publié « Arab and Israel : Conflict or Conciliation ?

« Crucifixion ou Cruci-Fiction ? » est l’un de ses ouvrages.

Famille, vie personnelle et décès

Deedat était le fils de Hussien Kazem Deedat et de Fatma Deedat. Il avait un frère, Abdullah Deedat. Par ailleurs, Ahmed Deedat était marié à Hawa Deedat. Ils eurent un fils, Yusuf Deedat.

Le 8 août marque l’anniversaire de la mort de Deedat d’une insuffisance rénale à l’âge de 87 ans. Il a été cloué au lit pendant les 10 dernières années de sa vie ; après avoir subi un accident vasculaire cérébral le 03 mai 1996, qui l’a laissé paralysé et incapable de parler.

Bien que les médecins lui aient initialement donné peu de chance de vivre, Deedat a continué à s’engager dans un travail religieux jusqu’à sa mort, communiquant en utilisant une grille de l’alphabet, qu’il utilisait pour épeler les mots ; lettre par lettre en signalant avec ses yeux. Une telle ténacité était une caractéristique déterminante de sa vie.

Cheikh Ahmed Deedat est décédé le 8 août 2005, à l’âge de 87 ans. Nous prions qu’Allah accepte toutes ses bonnes actions et son travail au service de l’Islam et de la Religion Comparée.

Anecdotes

  • Deedat a défié le pape Jean-Paul II à un débat au Vatican et lui a même demandé d’adopter l’islam.
  • Nelson Mandela avait un grand respect pour Deedat.
  • Son fils se souvient comment l’ancien président sud-africain Nelson Mandela a appelé son père lors d’une visite présidentielle en Arabie saoudite en 1994, lui disant que partout où il allait, les gens s’enquéraient de l’érudit musulman. « Quand il rencontrait des jeunes, ils lui demandaient tous : Monsieur Mandela, comment va Cheikh Deedat ? Et lorsqu’il passait des interviews télévisées, la première question que le présentateur posait était ; comment va Sheikh Deedat en Afrique du Sud ? »
  • Certains des dirigeants chrétiens célèbres avec lesquels il a débattu sont Jimmy Swaggart et l’évêque Josh McDowell.

Ne ratez plus nos articles !

Abonnez-vous à notre Newsletter mensuelle.

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.